VAFC : l’inspection du travail établit un constat inquiétant

Ecusson VAFC
Le 11 HDF

Après la mise en arrêt maladie de plusieurs employés du VAFC pour dénoncer les conditions de travail, l’inspection du travail est passée au centre technique du club. Ce mercredi, chaque membre du comité social et économique a été auditionné individuellement.

La direction et les employés entendus

Au mois d’octobre dernier, plusieurs employés du VAFC s’était exprimé dans le journal 20 Minutes pour dénoncer les conditions stressantes de travail au sein du club valenciennois. Une enquête interne du club avait révélé que « 97% des employés étaient heureux de leur travail« , comme nous l’a rapporté le président valenciennois, Eddy Zdziech.

Ce mercredi 12 janvier, l’inspection du travail s’est rendue au Mont-Houy pour y observer les conditions de travail et discuter de ces dernières avec dirigeants et employés. Selon nos informations, la matinée était consacrée à l’analyse de l’organisation au sein du VAFC avec le président, Eddy Zdziech, et la direction. L’après-midi, les membres du CSE (Comité Social et Economique) ont été entendus par les deux inspectrices.

Des manques à plusieurs étages

Toujours selon nos informations, il a été recensé de nombreux manques chez ces membres. Un manque de formation, un manque de connaissance de leurs droits et obligations, mais surtout un manque d’organisation criant pour permettre au CSE de travailler dans de bonnes conditions. Un échange en assemblée était d’abord prévu, avant de se transformer en plusieurs entretiens individuels pour permettre une parole plus libérée.

Le but de ces entretiens est évidemment de trouver l’origine de ces arrêts maladie, mais aussi de déterminer des solutions pour améliorer ces conditions de travail. Pour rappel, en décembre dernier, un employé du VAFC s’est fait agresser par l’un de ses collègues à l’occasion du match Feignies/Aulnoye – Paris Saint Germain en coupe de France. Des évènements qui ne plaident pas en la faveur du club du Hainaut.

D’autres employés doivent encore être entendus, dans les jours à venir, pour compléter la procédure de l’inspection du travail. Cette autorité tranchera ensuite pour fixer ou non des obligations au club dans sa manière de fonctionner.

Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.