VAFC : les pronostics de la phase retour 2022/2023

VAFC
Maxime Le Pihif/FEP/Icon Sport

A quelques heures du lancement de la phase retour de la saison 2022/2023 de Ligue 2, le 11 Valenciennois se prend au jeu de la projection et des pronostics. Meilleur joueur, meilleur buteur, meilleur passeur ou bien encore classement final, découvrez les prévisions de notre rédaction pour cette deuxième partie de saison.

Meilleur joueur

Arthur Lasseron : Jason Berthomier

Titularisé dix fois sur onze depuis son arrivée dans le Nord, Jason Berthomier a apporté toute son expérience et sa qualité au service du jeu valenciennois. Même si l’attaque du VAFC est pour le moment l’une des pires du championnat, l’ancien Clermontois joue parfaitement son rôle de meneur de jeu. Depuis son arrivée à Valenciennes, Jason Berthomier réalise en moyenne plus que 45 passes réussies par match, le plus haut total de l’effectif. Il distribue également le plus de passes clés par match (1,7 en moyenne). Avec une attaque que l’on souhaite en meilleure forme en deuxième partie de saison, Jason Berthomier pourrait bien être l’élément-clé de l’animation offensive.

Romain Pechon : Mohamed Kaba

Absent durant une bonne partie de la première partie de saison pour cause de blessure, Mohamed Kaba a profité de la reprise des championnats fin décembre pour retrouver les terrains et le rythme de la compétition. S’il n’est pas vendu d’ici la fin du mercato d’hiver, le milieu de terrain a tout pour être un élément fondamental de la deuxième partie de saison valenciennoise. Son début de saison avait en tout cas démontré qu’il était sur la dynamique de progression amorcée la saison dernière.

Meilleur buteur

Arthur Lasseron : Joffrey Cuffaut

Trois penaltys, un coup-franc direct, des attaquants fantomatiques, et voilà Joffrey Cuffaut meilleur buteur du VAFC sur la première partie de saison. Avec deux longueurs d’avance sur ses premiers poursuivants (Aymen Boutoutaou, Marius Noubissi, Noah Diliberto, Ilyès Hamache), il ne serait presque pas surprenant de voir le défenseur central rester au sommet de ce classement. S’il est présent sur le terrain au moment où un penalty est signalé pour VA, soyez sûrs que l’identité du tireur ne fera aucun doute. Si l’attaque valenciennoise reste à ce faible niveau de performance, qui sait, Joffrey Cuffaut pourrait finir meilleur buteur du VAFC en fin de saison.

Romain Pechon : Joffrey Cuffaut ou une recrue

Avec un meilleur attaquant à trois buts, le secteur offensif du VAFC a montré ses limites sur la phase aller. A tel point que le meilleur buteur du club est Joffrey Cuffaut… un défenseur. Certes, l’ancien Nancéien tire les penalties (3 buts), mais sa place au sommet de ce classement spécifique demeure une anomalie. Et le problème est que ni Marius Noubissi ni Ugo Bonnet ne donnent de signaux positifs pour le reste de la saison. Dans ce contexte, même un Joffrey Cuffaut sur le flanc depuis le mois de novembre pourrait conserver son trône jusqu’à la fin de saison. A moins que Valenciennes ne recrute un attaquant qui n’aura qu’à marquer cinq buts sur la phase retour….

Meilleur passeur

Arthur Lasseron : Aymen Boutoutaou

Encore embêté par les blessures sur la fin d’année 2022, Aymen Boutoutaou revient petit à petit à son niveau, comme le prouvent ses deux buts inscrits face à Annecy à la mi-janvier. Avec deux passes décisives à son actif (contre Amiens et Saint-Etienne), celui capable d’évoluer à tous les postes offensifs devrait certainement continuer de faire parler sa technique au service de l’attaque. Avec une seule unité de retard sur le meilleur passeur valenciennois, Quentin Lecoeuche, le jeune franco-algérien pourrait bien lui ravir cette place. Seule condition, être épargné par les blessures. Et accessoirement, que l’attaque valenciennoise fonctionne enfin.

Romain Pechon : Quentin Lecoeuche

L’idée est donc au statu-quo. Avec trois offrandes, Quentin Lecoeuche est jusqu’ici le meilleur passeur du VAFC. Et même si Aymen Boutoutaou a effectivement a tout du candidat idéal pour cette catégorie, la confiance reste totale à l’égard du latéral gauche du VAFC, qui fait partie des meilleurs centreurs du championnat et qui pourrait profiter du recrutement d’un attaquant plus adroit dans la surface de réparation adverse.

Classement final

Arthur Lasseron : douzième

Pourtant, tout avait bien commencé. Mais les défauts aperçus lors de la préparation estivale ont ressurgit, et la donne n’est plus vraiment la même. Incapable de prendre trois points depuis le 15 octobre 2022 et une victoire 1-0 contre Guingamp, le VAFC piétine, et recule inexorablement au classement. Le top 5, côtoyé lors des premiers mois de compétitions, s’éloigne petit à petit, et ne semble aujourd’hui plus atteignable. La nouvelle année 2023 donnera-t-elle des idées aux attaquants ? Ce n’est pour l’instant pas gagné, mais qui sait, un ou deux renforts pourraient peut-être changer la donne.

Romain Pechon : quatorzième

Aux portes du top 5 avant la trêve de la coupe du monde, Valenciennes ne cesse de chuter au classement. Avec la perte de Gautier Larsonneur, qui portait à bout de bras la formation de Nicolas Rabuel en première partie de saison, la phase retour s’annonce ô combien périlleuse pour les pensionnaires du stade du Hainaut. D’autant plus si Joffrey Cuffaut, le vrai patron défensif, continue à manquer des matches. Sans replonger les Nordistes dans la course au maintien, la perspective de les voir terminer en première partie de tableau s’amenuise de jour en jour.

Les promus 

Arthur Lasseron : Le Havre et Metz

Et après tout, pourquoi pas ? Avec onze points d’avance sur le troisième, Metz, à l’issue de la phase aller, Le Havre fait pour l’instant figure de favori à la montée. Sans trop faire de bruit, la formation de Luka Elsner fait son petit bonhomme de chemin. Petite fierté valenciennoise, la seule défaite des Havrais en championnat fut concédée au Stade du Hainaut en début de saison (1-0). Si le niveau de performance et d’exigence est maintenu, le HAC pourrait retrouver l’élite, quinze ans après sa descente. Quinze ans, un peu trop long pour les Messins qui pourraient ne pas attendre si longtemps. Même si pour le moment, les Girondins de Bordeaux occupent la deuxième place, le FC Metz peut lui aussi prétendre à cette montée, un an après la relégation.

Romain Pechon : Bordeaux et Metz

C’est l’histoire d’un pronostic osé. Sur le papier, rien ne semble pouvoir empêcher Le Havre d’accéder à la Ligue 1 en fin de saison. Large leader, meilleure défense du championnat et accompagné par le brin de réussite du futur promu, le club entraîné par Luka Elsner survole jusqu’ici le championnat. Néanmoins, certaines équipes ont déjà connu ce type de mésaventure par le passé. A commencer par Brest, qui semblait promis à la promotion lors de la saison 2016/2017 avant de s’écrouler à l’approche du sprint final. Et sans parler de surperformance, Le Havre pourrait aussi être rattrapé par une forme de sous-performance offensive qui ne sera peut-être pas toujours compensé par une solidité défensive remarquable (7 buts encaissés). Revenu sans faire de bruit dans les hauteurs du classement, Metz semble alors le mieux armé pour accompagner Bordeaux dans l’optique où ce scénario assez improbable se concrétisait.

Les relégués

Arthur Lasseron : Nîmes, Niort, Rodez, Pau

Certaines équipes ont déjà pris pas mal de retard, et quand on voit la forme actuelle, difficile de penser à un maintien en fin de saison. En perdition, le Nîmes Olympique enchaîne les défaites depuis la fin de la Coupe du Monde, pas de quoi vraiment rassurer. Niort non plus n’est pas à la fête. Maintenu sans trop trembler la saison passée, les Chamois paient aussi le départ de leur entraîneur, Sébastien Desabre, en tout début de saison. Une instabilité qui n’a pas aidé, bien au contraire. L’ancienne équipe d’Ugo Bonnet, le Rodez Aveyron Football, n’est pas non plus à la fête. Premier non relégable à la mi-saison, les Ruthénois font avec ce qu’ils peuvent, mais flirtent chaque saison avec la descente depuis leur accession en Ligue 2. La coupe de France toujours d’actualité, attention à ne pas se disperser. Enfin, le Pau FC, éliminé lui de la coupe par le LOSC ce week-end, paie toujours son manque de régularité dans les performances. Les coéquipiers de Sessi D’Almeida seront-ils en mesure de sauver leur peau en fin de saison ? Rien n’est moins sûr.

Romain Pechon : Laval, Rodez, Niort, Nîmes

Avec quatre relégations, il se pourrait bien qu’il y ait de la casse chez les « gros ». Et Saint-Etienne est virtuellement dans la charrette, les Verts ont trop de talent et on connu trop de mésaventures pour rester en si mauvaise posture. A l’inverse, Dijon pourrait bien être le malheureux de la bande. A l’image de l’Amiens SC la saison dernière, le club bourguignon subit encore les conséquences de sa relégation en se trainant des joueurs qui ne veulent plus être là. Pour autant, c’est Nîmes qui me semble le plus mal loti de ce groupe d’équipes. Alors que le levier du changement d’entraîneur a déjà été activé, les Gardois ne font que sombrer au classement et dans le jeu. Et sachant que le club est également sujet à de grosses tensions internes, tout semble réuni pour une finalité funeste. Quant à Laval, Rodez et Niort, ils faisaient partie des prétendants naturels à la relégation et leur première partie de saison – au-delà même de leur petit match face à l’Amiens SC – n’a fait que confirmer cette impression initiale.

Un commentaire

Commenter
  1. Excellents pronostics. Assez osé de parier sur Metz et Bordeaux pour la montée mais ils sont effectivement beaucoup plus consistants que Le Havre, même si moins efficaces..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *