VAFC : le passage de Saturnin Allagbé en cinq faits marquants

Allagbé VAFC
Le 11 HDF

De son arrivée au VAFC à sa première titularisation, en passant par sa rétrogradation comme troisième gardien, avant son retour peu concluant contre Guingamp, le passage de Saturnin Allagbé à Valenciennes ne sera pas à noter dans les livres d’histoire. Retour en cinq dates sur le parcours du Béninois dans les rangs valenciennois.

22 juillet, arrivée d’Allagbé


A précisément une semaine de l’ouverture du championnat face à Niort, Lucas Chevalier, prévu comme gardien numéro un cette saison, se blesse au ménisque. Cet imprévu devrait l’éloigner des terrains pour plusieurs semaines. Pris de court, le VAFC ne compte pas commencer la saison avec Hillel Konaté et cède donc à la panique en accueillant Saturnin Allagbé. Ancien gardien des Chamois Niortais, appartenant au Dijon FCO, le Béninois de 27 ans débarque à Valenciennes le 22 juillet, à deux jours du premier match officiel de la saison.

24 juillet, première titularisation


Deux jours après son arrivée, à la surprise quasi générale, Saturnin Allagbé est titulaire face à son ancienne équipe, les Chamois Niortais. Auteur de trois arrêts, et signant son premier « clean-sheet », le Béninois réussit son entrée en matière avec sa nouvelle équipe. Tout le monde est content de l’arrivée du portier, à commencer par son entraîneur, Olivier Guégan « Si je suis allé le chercher c’est que je connais son potentiel et je n’ai aucun doute sur la suite. Il a répondu présent et a été plutôt bon« , déclarait l’entraîneur valenciennois de l’époque, Olivier Guégan. Le discours d’Emmanuel Ntim était sensiblement similaire « Il a fait quelques arrêts importants et je pense qu’il va nous aider« . Jusque-là, tout va pour le mieux !

11 septembre, Allagbé mis au placard


Un mois et demi plus tard, rien ne va plus au VAFC. Depuis le premier match de Saturnin Allagbé dans les buts, VA s’est incliné quatre fois en six rencontres. Parmi ces déconvenues, trois défaites très décevantes à domicile contre Nîmes (0-3), Rodez (1-4) et le promu, Quevilly (1-2). Auteur de quinze arrêts sur les sept matches qu’il a eu à disputer, Saturnin Allagbé a surtout encaissé onze buts. Un total bien trop important aux yeux d’Olivier Guégan, qui décide de titulariser Lucas Chevalier dès son retour dans le groupe pro. Une bonne série de trois victoires de suite avec le jeune gardien prêté par le LOSC dans les buts va sceller le sort de Saturnin Allagbé, rétrogradé à la troisième place dans la hiérarchie des gardiens.

8 janvier, retour face à Guingamp


Après quatre mois complètement vierge, où il ne fera que deux apparitions sur le banc, Saturnin Allagbé est de retour dans les buts valenciennois. Il aura fallu un concours de circonstance assez fort pour que le Béninois retrouve une place de titulaire. En effet Lucas Chevalier et Hillel Konaté sont tous deux touchés par l’épidémie de Covid-19, les forçant à s’isoler. Profitant de ces absences, Allagbé est titularisé par Christophe Delmotte face à Guingamp. Cela aurait pu être un retour gagnant pour le Béninois, eh bien pas vraiment. Rarement inquiété, Allagbé est à l’origine de la double peine subie par Mathieu Debuchy. Suite à une sortie manquée sur corner, Mathieu Debuchy détourne volontairement le ballon de la main. La sanction est claire, carton rouge et penalty. Cette erreur coûtera deux points à Valenciennes, qui tenait tant bien que mal son premier succès de l’année.

10 janvier, départ d’Allagbé vers Dijon


Deux jours après son retour en demi-teinte, Saturnin Allagbé plie bagage. Retour à Dijon pour le Béninois, rappelé par le club qui l’a prêté moins de six mois plus tôt. Le départ d’Anthony Racioppi, gardien remplaçant du DFCO, pour le Young Boys Berne, vont pousser les dirigeants dijonnais à rappeler le Béninois. Retour à la case départ pour Allagbé, qui venait à Valenciennes pour prendre du temps de jeu en tant que gardien numéro un. Il devrait être la doublure de Baptiste Reynet pour la fin de saison.

Après cinq mois et demi très peu concluant, la venue d’Allagbé au VAFC s’apparente tout bonnement à une erreur de casting. La promesse de temps de jeu faite au Béninois quand il est arrivé n’aura pas duré bien longtemps. Au total, en huit matches, Saturnin Allagbé aura subi trente tirs. Il aura effectué dix-huit arrêts, et encaissé douze buts. Un « panic-buy » qui n’aura fait avancer ni le joueur, ni le club.

Arthur LASSERON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article