Titi Buengo (US Camon) : « Le talent ne suffit pas »

US Camon Buengo
Le 11HDF

Dans la lignée de sa saison décevante jusqu’ici, l’US Camon s’est pris les pieds dans le tapis dans le derby de Régional 1 l’opposant à l’ESC Longueau (1-2). Lucide sur les limites de son équipe, Titi Buengo convoité la force collective affichée par son adversaire. Entretien.

Titi Buengo, comment analysez-vous cette défaite ?

Ça bascule sur pas grand-chose, c’est la vérité dans les deux surfaces. On a été mené, on a réussi à venir et on a une balle de 2-1 qu’on ne concrétise pas. Puis, Longueau le fait très bien. C’est frustrant mais l’efficacité est la réalité du football.

Vous avez quand même eu la force de revenir dans le match…

On a des situations, mais on aurait pu jouer 200 ans. Ce sont aux joueurs de trouver la bonne solution, le bon geste. Le football est une science, mais devant le but c’est un métier. Ce n’est pas donné à tout le monde. Si tu n’as pas l’âme de tueur, c’est compliqué de marquer des buts. Après notre égalisation, sans dire qu’on doit les tuer, on doit surfer sur ce temps fort. Mais on n’y arrive vraiment pas à chaque fois, parce que le geste n’est pas bon.

Sur le plan comptable, c’est une défaite qui fait mal…

Une défaite fait toujours mal, mais c’est encore plus le cas dans notre position. C’était un match de retard qui pouvait nous permettre de revenir à égalité avec Longueau. Ce n’est pas le cas.

Diriez-vous que votre équipe manque tout simplement de talent pour rivaliser avec le haut de tableau ? 

Oui, il nous manque des tueurs. Le talent ne suffit pas. On a des joueurs talentueux, mais il nous manque de la hargne, de la détermination. C’est ce qui nous fait défaut, on a des agneaux. Avec ça, on ne peut pas prétendre à avancer. On ne prend pas assez de points, la marche semble trop haute il faut être réaliste. Actuellement, on n’a pas assez de qualité pour jouer le haut de tableau.

Peut-on parler de constat d’échec après sept journées ? 

Ce n’est pas un constat d’échec. Il faut se remettre en questions, c’est tout. Les mêmes joueurs marquaient l’année dernière, ce n’est pas le cas cette saison. C’est plus compliqué pour nous, mais on va continuer à travailler pour essayer de trouver des solutions. Maintenant, on peut le dire tout ça mais dans le football tu enchaînes les matches puis tu retrouves finalement souvent la même chose. Pour nous, c’est le manque d’efficacité et le manque d’intelligence dans la lecture de l’adversaire. Il nous faut beaucoup plus de réflexion que cela.

Cela vous amène-t-il à revoir vos ambitions à la baisse ? 

Les objectifs sont revus à la baisse en allant. On fait au jour le jour. On a affiché des ambitions, moi le premier. Je sais ce que j’ai comme envie et comme caractère. Je ne pense pas que ce soit le cas de tout le monde, à commencer par les joueurs. Pour avoir ça, il faut vivre de son métier et ce n’est pas le cas de nos joueurs. Du coup, leurs intérêts sont ailleurs, leurs envies sont ailleurs. C’est compliqué. Les équipes qui jouent le haut de tableau sont rémunérées, vivent de cela, ce n’est pas le même état d’esprit. Pour autant, cela ne nous empêche d’avoir une âme, comme ça a été le cas de Longueau sur ce match. Je leur tire mon chapeau, parce qu’ils ont une équipe qui se bat, qui joue avec ses qualités. Il nous manque cette force collective.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *