Sébastien Maugard (RCA) : « Il ne pouvait rien nous arriver »

Maugard RC Amiens
Le 11 Amiénois

Le héros du jour, c’est lui ! Sébastien Maugard n’était présent dans les cages du RCA uniquement pour dépanner. Une pige qui a permis aux siens de s’imposer face à l’ESC Longueau, synonyme de qualification pour la quatrième tour de la Coupe de France.

Un scénario de dingue pour vous, avec une qualification aux tirs au but !

C’est une super qualification, on a eu un état d’esprit extraordinaire. Vraiment les mecs se sont battus de façon sublime. Ils ont rien lâchés, on était menés 1-0, on arrive à égaliser, avec un but superbe. Et derrière c’est la solidarité, c’est l’envie. Quand ça se finit comme ça, c’est la fête qui nous attend.

[CDF] : L’ESC Longueau ne verra pas le quatrième tour

Une bataille compliquée pendant 90 minutes ?

Bien sûr ils nous ont dominé, on savait qu’ils étaient nettement supérieurs à nous techniquement. Mais après voilà au football il y a l’envie, le dépassement de soi et là vraiment, l’état d’esprit c’est ce qui a permis de faire un nul inespéré. Ils ont des poteaux, il faut avoir une bonne part de chance. Ca nous a souri cette après-midi.

En plus vous prenez ce but juste avant la mi-temps…

Exactement, ça nous a bien cassé le moral parce qu’on avait une première mi-temps de bonne facture. Ils mettent ce but qui nous fait mal. Mais à la mi-temps on a resserré les liens, on s’est dit que rien n’était perdu, et on l’a prouvé en deuxième en allant chercher des forces insoupçonnées et quand on voit que quatre ou cinq joueurs ont des crampes à la fin, on se dit que c’est génial ! S’il y avait eu des prolongations, on était morts !

Qu’est-ce que vous vous êtes dit avant la séance de tirs au but ? Vous vous êtes vite dirigé vers le banc, vous avez parlé avec votre entraîneur ?

On savait qu’on avait fait le plus dur. C’était un objectif, on aurait signé directement pour une séance de tirs au but. Vu le scénario du match, on savait qu’il pouvait nous arriver de belles choses comme c’est le cas, il ne pouvait rien nous arriver.

Vous avez arrêté il y a deux ans, vous revenez pour « dépanner », et quel dépannage !

Oui quand il y a des blessés, je prends toujours autant de plaisir de voir les copains. C’est ça le foot, c’est l’état d’esprit, avoir le plaisir de se retrouver et comme je fais encore du sport, j’arrive à garder quelques réflexes.

Ca ne donne pas envie de prolonger ce dépannage ?

Non non, les gens qui sont là sont très biens, moi on m’appelle je prends du plaisir, mais je suis trop vieux (rires), maintenant il faut tourner la page.

Sur la séance de tirs au but, vous en sortez deux, il y a un petit secret ?

Non, je suis comme tous les gardiens, j’étais un peu euphorique. Je sentais où les ballons allaient partir, parce que même sur les deux autres, je ne suis pas très loin. Il y a des jours comme ça où on a toute la réussite, et c’était le cas aujourd’hui.

On vous verra au quatrième tour ?

J’espère bien, honnêtement on va voir, mais si on m’appelle, je le ferais encore avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *