Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « Le tournant, c’est la main de Duhamel »

Léraillé Longueau

Frustré par le scénario mais fier de la réaction des siens au retour des vestiaires, Sébastien Léraillé était envahi par des sentiments partagés après l’élimination de Longueau par l’AS Beauvais (1-3), dimanche au stade du 7e tour de la coupe de France. Entretien.

On imagine que vous ressortez de ce match avec le sentiment qu’il y avait quelque chose à faire…

Je pense qu’on a loupé notre première mi-temps. Le projet de jeu n’était peut-être pas adapté. Ils ont mis un gros rythme d’entrée et on a subi sans être capable de monter un peu le bloc un peu plus haut et d’aller les chercher. C’est une équipe qu’il ne faut pas laisser jouer, qu’il faut harceler. On l’a vu en deuxième mi-temps ! Le tournant, c’est la main de Duhamel avant le troisième but. Je n’ai pas souvent envie de critiquer les arbitres mais celui de touche se doit de le signaler. C’est un fait de jeu qui engendre trois cartons rouges, on prend le troisième but et ça gâche notre deuxième mi-temps. Sur la deuxième mi-temps, s’il n’y a pas ce fait de jeu, je pense que ça peut aller aux tirs au but.

CDF : Pas d’exploit pour Longueau, l’AC Amiens continue son parcours

Et on ne saura jamais ce qu’il se serait passé sur cette fin de match…

On a quelques situations en allant les chercher très haut, on a été très bien dans les transitions et on a commencé à mettre le ballon devant sur l’entrée de Kévin Dervillé en fixation et derrière on marque. L’entrée de Charlie Dobelle nous a fait du bien aussi. J’avais pris l’option de reconduire la même équipe et je pense qu’on peut être fier du parcours des garçons dans un contexte particulier. On s’arrête, on a fait ce que l’on a pu avec nos moyens. Bonne chance à Beauvais et on va attendre ce que vont décider l’État la FFF pour la suite des compétitions.

Sur la deuxième mi-temps, on a montré les vraies valeurs et qualités de l’équipe de Longueau.

Vous concédez des buts sur les deux premières occasions de Beauvais…

C’est facile parce qu’on les a laissé jouer et on n’a pas eu cette faculté à aller chercher leur rampe de lancement qu’était leurs deux numéro 6. J’avais demandé à jouer assez haut sur eux parce qu’on avait les excentrés qui plongeaient dans le dos et on a eu du mal à gérer cette animation offensive. On a mis du temps à démarrer dans le sens où on avait un projet de jeu basé sur la transition. Il y a eu beaucoup de mouvements et de variété dans ce qu’ils ont fait et sur les quinze premières minutes, on a eu du mal à sortir la tête de l’eau. Quand on commence à la sortir, on prend le premier but parce qu’on n’est pas à la retombée du ballon. Sur la deuxième mi-temps, on a montré les vraies valeurs et qualités de l’équipe de Longueau.

Quel sentiment domine ? Les regrets de l’élimination ou la fierté ?

Il y a eu surtout les regrets de prendre trois cartons rouges, de ne pas avoir fait la première mi-temps que l’on aurait voulu faire.

Propos recueillis par Romain PECHON

Sébastien Dailly (Beauvais) : « On a fait le boulot »

On a fait une bonne première mi-temps en emballant le match, en mettant du rythme, en marquant des buts. On a eu un petit quart d’heure de flottement en deuxième mi-temps où on se met en difficulté tout seul sur du jeu direct. Sur un match, on ne peut pas tout dominer mais on a su se mettre à l’abri avec le troisième but. On a fait le boulot. On prend un but qui à mon sens est hors-jeu mais on a quand même maîtrisé la majorité du match même si on se fait un peu peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *