Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « Entretenir notre dynamique sans défaite »

Le 11HDF

Frustré par son match nul contre le SC Abbeville le week-end dernier, l’ESC Longueau aura fort à faire pour sa deuxième rencontre à domicile de rang, ce dimanche face au leader Grande-Synthe. De quoi amener Sébastien Léraillé à rappeler l’importance de maintien une certaine exigence pour continuer à regarder vers le haut. Entretien.

Sébastien, dans quel état d’esprit abordez-vous la réception du leader ? 

Ce sera un bon match. C’est aussi la meilleure attaque du championnat et l’un des favoris avec Marck pour l’accession en National 3. C’est toujours intéressant de jouer des matches de haut de tableau. Maintenant, il ne faut pas se mettre de pression et essayer de gommer un peu les détails qui nous ont fait défaut sur le dernier match, notamment sur la patience et l’utilisation du ballon. On s’est un peu trop précipité, on n’a pas été capable de sortir de la densité mise par notre adversaire, de gérer l’agressivité sur le porteur de balle. Il faut qu’on arrive à rectifier tout ça, à réduire le nombre de touches de balle pour être plus tranchant, se projeter plus vite vers l’avant.

Le tout en retrouvant complètement le bloc équipe qui faisait notre force ces dernières semaines. Pour cela, il faut que tout le monde défende dans un premier temps. On a aussi besoin de plus de créativité et de mobilité sur le plan offensif. On a des joueurs qui sont starters, mais on a besoin que les autres à côté d’eux soient dans l’action et pas toujours dans la réaction. On va aussi devoir faire face à quelques absences, certains vont avoir la possibilité de se montrer. C’est à eux de saisir cette chance.

Vous sortez de deux derbys, deux matches assez particuliers contre Camon et Abbeville. N’est-ce pas finalement une bonne chose d’affronter un gros morceau pour éviter un possible relâchement mental ? 

Jouer deux derbys de rang, ce n’est pas évident à gérer. Tout le monde se connaît, s’apprécie. Il y a eu beaucoup de communication autour de ces deux matches. Cela va quand même redescendre un petit peu, ça va nous faire du bien. On a un peu eu l’impression de vivre une épopée en coupe de France sur ces quinze derniers jours, où on ne parlait que de Longueau dans la presse. Or, la force de Longueau reste sa discrétion, son travail et surtout le fait d’avancer avec un projet collectif. Il faut vivre ce genre de moments dans une saison, mais ça va faire aussi du bien que ça redescende un petit peu. On a aussi profité des derniers jours pour revoir des choses sur le plan tactique, parce que je veux toujours aller chercher plus loin avec ce groupe. J’essaie de voir jusqu’où je peux l’amener et ce que je peux tirer de lui.

Cela va être votre deuxième match de suite à domicile. Sachant que vous n’avez pas gagné le premier, tous les espoirs demeurent permis sur le deuxième…

On va déjà essayer de ne pas le perdre (rires). Il faut entretenir notre dynamique sans défaite. On a encore trois rencontres pour terminer la phase aller, on peut se rendre compte que ce championnat va être très long. C’est important de ne pas perdre le fil, sous peine de se retrouver dans le ventre mou. Il faut rester concentré pour atteindre notre objectif à la mi-saison, savoir être dans les cinq premiers. Ensuite, on verra où on en est. La première ambition demeure de faire progresser cette équipe qui a d’énormes qualités. J’ai vraiment des joueurs de qualité, c’est indéniable. Maintenant, je continue d’être exigeant avec eux, parce qu’on ne peut pas se contenter du minimum. Le jour où je ne pourrais plus la faire progresser, il faudra se poser les bonnes questions. D’ici là, je fais tout pour les pousser dans leurs derniers retranchements, mais aussi peaufiner notre projet de jeu et les plans de jeu mis en place face aux différents adversaires qu’on peut rencontrer.

Vous avez évoqué l’atmosphère autour du club ces quinze derniers jours. Si vous restez dans ce wagon de tête toute la saison, il faudra savoir gérer cette attention particulière qui ne va sûrement pas décliner…

D’être là-haut toute une saison, c’est bien parce que ça met en valeur le travail du club, du staff, des joueurs, du projet qui a été mis en place depuis cinq ans, qui a débuté avec Cyrille Chaillou. Maintenant, il faut savoir rester les pieds sur terre, gérer cette attention. Le plus important est de garder de l’humilité. Dans toutes mes interventions, je ne m’enflamme à aucun moment, je n’ai jamais dit que Longueau était le meilleur club amateur de la Somme. On a encore beaucoup de travail à faire. Je trouve qu’on est encore très loin de clubs comme Camon, Abbeville et l’AC Amiens. Il faut être capable de se prendre au jeu, d’aller chercher un maximum de points dans ce championnat, mais aussi structurer un maximum notre club. J’y tiens énormément en tant que manager général du club, il faut qu’on soit une institution où tout est carré. Aujourd’hui, il y a encore beaucoup de choses à mettre en place, même si on bosse bien et qu’on ne s’est pas trop trompé dans les hommes pour incarner le projet.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

ESC LONGUEAU – GRANDE SYNTHE

9ème journée de Régional 1

Dimanche 23 janvier, 14h30

Stade Emile Noël, Longueau

Arbitre : M. Cailliez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.