Sebastian Ring (Amiens SC) : « On voulait aller loin »

Amiens SC Sebastian Ring
Loic Baratoux / FEP / Icon Sport

Éliminé aux tirs aux buts (0-0, 2-4 t.a.b) sur la pelouse de Thaon-les-Vosges, club de National 3, l’Amiens SC est tombé de haut car il espérait vivre un parcours aussi intense que l’an dernier. Une véritable déception pour le piston suédois Sebastian Ring.

On imagine une grande déception…

Bien sûr, oui. Tout ce que l’on voulait sur ce match était de gagner pour aller plus loin dans la compétition mais c’est comme ça. Maintenant, on doit se concentrer sur le prochain match en championnat.

Vous avez donné l’impression de ne jamais réellement rentrer dans le match…

C’était vraiment difficile de jouer sur cette pelouse mais c’est la même chose pour les deux équipes. On n’a pas joué à notre niveau sur ce match, on a eu des problèmes là-dessus mais on a quand même eu des occasions pour marquer. Si on avait marqué, on l’aurait emporté. C’est une déception de perdre comme ça.

Vous avez l’occasion de rebondir dans trois jours…

On rejoue mardi et il faut se remettre en selle sur ce match devant nos supporters. On a hâte de jouer ce match, on en a deux cette semaine et c’est très important de rebasculer tout de suite sur le championnat.

Il n’y a pas le temps de cogiter, il faut repartir de l’avant immédiatement…

On peut peut-être avoir la tête basse dans le bus qui nous ramène mais on doit se remettre au travail avant le retour au championnat.

Quel était l’état d’esprit dans le vestiaire ?

C’était assez vide. Tout le monde était très déçu. Avant le match, on était dans un bon état d’esprit, on voulait aller loin dans cette coupe. Je ne sais trop quoi dire, il y a vraiment beaucoup de déception.

Ce match peut-il briser la dynamique positive sur laquelle l’Amiens SC était ?

Je ne pense pas, non. Tout le monde sait que c’est toujours difficile d’aller chez une équipe de division inférieure. C’est le match de l’année pour eux, ils donnent tout. Comme je l’ai dit avant, on a eu des occasions pour marquer mais aujourd’hui (ndlr : hier), le ballon n’a pas voulu aller au fond. C’est une déception mais on doit aller de l’avant.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *