Samuel Goethals (Pays de Cassel) : « Très fier du groupe »

Samuel Goethals Pays de Cassel
Pavel Clauzard / Le 11 HDF

Au terme d’une soirée complètement folle, Pays de Cassel est tombé les armes à la main face à l’ogre parisien. Après un beau parcours, les hommes de Samuel Goethals expriment leur fierté à l’idée d’avoir rempli Bollaert. Le technicien flamand ne s’en est pas caché, avec de l’ambition pour la suite. Entretien.

Samuel Goethals, que ressentez-vous lors de cette fin de parcours, au-delà du résultat, dans ce stade Bollaert rempli ?

C’est une grande fierté. Le parcours a été compliqué pour nous, nous avons joué un grand nombre de matches pour arriver là où nous en étions ce soir. C’était forcément inhabituel pour nous et je pense que nous avons fait avec nos moyens. Je suis très fier du groupe.

Vous disiez avant le match vouloir y aller « avec nos idées », ces fameuses ressorties de balle. Vous n’avez pas marqué, mais vous avez réussi à faire vibrer Bollaert…

On a essayé ! Néanmoins, on savait que le rapport de force allait être très déséquilibré. Comme je le disais, je suis très fier et je pense que les joueurs ont été très courageux devant 37 000 personnes. C’était quelque chose d’extraordinaire et d’inédit. De fait, ça montre qu’ils ont été capables de tenter de le faire dans cet environnement. C’est une belle reconnaissance pour le travail du staff qui est mis en place, on sent que les joueurs s’éclatent là-dedans. Malgré l’adversité, ils sont restés fidèles à ce qu’on travaille.

Quelle est l’image que vous allez retenir de cette soirée avec les stars du PSG ?

Il y en a beaucoup, mais ce stade plein, cette ferveur et cette capacité à faire venir 37 000 personnes dans ce stade. On sait que le PSG y est pour beaucoup, nous ne sommes pas autant sur le bord des terrains le week-end. Je pense qu’il y a eu une grande ferveur et j’ai vu un stade Jaune et Noir, donc l’histoire du petit qui affronte l’ogre parisien, il y a eu un certain engouement.

Que pouvez-vous faire de cette expérience ?

C’est une bonne question. On va réfléchir à tête reposée, car la semaine a été très rythmée. Certes, on a vu toutes les carences que nous avons pu avoir. Aujourd’hui, elles ont été mises en lumière, forcément. Il va falloir corriger certaines choses sur l’aspect sportif et ça va être très riche pour la suite.

Samuel, avez-vous salué Christophe Galtier et récupéré un maillot ?

Non. Monsieur Galtier est venu me saluer à la fin du match, en nous félicitant pour le parcours réalisé. Quand on regarde le tableau d’affichage, il dit que c’est parce qu’ils ont cherché à nous respecter. Je suis très content qu’on ai pu affronter la meilleure équipe possible qu’est le PSG. Pour nous, c’est valorisant.

Après 25 minutes, il y avait toujours 0-0. Ça aussi c’est une belle fierté…

Je suis plutôt satisfait de l’entame de match, on en avait beaucoup parlé. Aussi, on avait énormément insisté dessus en causerie et on savait que ça pouvait devenir très très long si elle était ratée. Malgré tout, sur la fin, ça commençait à être long. Je suis content qu’on ait réussi à respecter ce qui a été demandé.

Propos recueillis par Pavel CLAUZARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *