Romuald Lemaire (ESC Longueau) : « A 2-1, on devait fermer boutique »

Lemaire SC Abbeville
Le 11 HDF

Entrant à la 78e minute de jeu, puis buteur dans les arrêts de jeu, Romuald Lemaire a bien failli donner la victoire aux siens. L’attaquant de 44 ans était forcément déçu et sonné du match nul concédé par son équipe face à Abbeville.

Romuald, vous êtes passé à quelques secondes près de redevenir le héros de Longueau…

Oui, ça n’a pas suffi. On a fait un non-match, on n’a pas été bons. On a la chance de prendre l’avantage de prendre l’avantage à 2-1, et il ne reste pas grand chose derrière. Malheureusement ça n’a pas suffi. Pour le prochain match, il faudra produire une autre prestation qu’aujourd’hui, pour moi c’était insuffisant.

Que se passe-t-il justement à 2-1, il reste deux minutes, on pense que le plus dur est fait ?

En fin de compte, je n’en sais rien. On se démobilise, on manque de concentration. En plus on le sait car l’année dernière Abbeville vient ici, et marque sur un long ballon. On doit être encore plus concentré sur une fin de match, où par miracle on mène 2-1. On n’arrive pas à franchir ce palier, de se dire que même si on n’a pas été bons, on a la chance d’être devant et fermer le verrou à double tour. Encore une fois sur un long ballon, ça ne tourne pas en notre faveur.

Pourtant il y a une bonne première demi-heure, où vous avez les situations pour faire le break…

Peut-être qu’on aurait dû appuyer dans ce temps fort. Malheureusement derrière, on a un manque de concentration qui fait qu’Abbeville bénéficie d’un penalty. On doit mieux faire, plus consistant dans le contenu. On ne peut pas tout le temps bien jouer. Être devant c’est un miracle. Tu mènes 2-1, il ne reste pas longtemps. C’est dommage. Moi je suis déçu, il y a beaucoup de frustration, car on devait fermer boutique.

Le mot d’ordre, c’est se remobiliser pour la semaine prochaine, face à Grande-Synthe ?

Tout à fait, il faut repartir mardi à l’entraînement avec des bonnes attitudes, faire des entraînements où on donne tout. Ca part de là, on dit toujours que l’on joue comme on s’entraîne. Les séances sont de qualité, on bosse bien, je pense qu’il faut se remettre en question individuellement et se remettre au boulot. Il n’y a que le travail qui te permet d’oublier. Quand tu fais un contreperformance, il faut se remettre en question. Ce soir je vais un peu maronner mais bon, il faut se remettre vite au travail. Il faut bien se préparer parce que, selon ce que j’entends, Grande-Synthe ça a l’air costaud. Ce sera encore un combat comme aujourd’hui. C’est ce qu’ils aiment Abbeville c’est les duels, la niaque. On n’a pas su gérer notre frustration. Il y avait un peu de tension. Ca revigore l’adversaire. Il faut remettre le bleu de chauffe et bosser, il n’y a que ça de vrai.

Propos recueillis par Arthur LASSERON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.