Romain Revelli (USL Dunkerque) : « Rester concentré dans notre état d’esprit »

Romain Revelli Dunkerque

Sur une dynamique positive depuis plus d’un mois, l’USL Dunkerque va s’efforcer de continuer de sortir la tête de l’eau face au Havre ce samedi. Romain Revelli estime que la confiance emmagasinée lors de cette série de matches sans défaites va permettre de resister au Havrais. Entretien. 

Comment appréhendez-vous ce match face au Havre ?

C’est une équipe qui est sur une bonne série avec des matches qui se ressemblent pour elle. Ils jouent des matches très solides, ne prennent pas beaucoup de buts et sont efficaces. On sent un esprit d’équipe où tout le monde travaille bien. Je trouve qu’il y a un bon mixe avec leurs joueurs d’expériences et leurs jeunes du centre de formation. On s’attaque à des équipes du cœur de la Ligue 2 prochainement au calendrier. Aujourd’hui, c’est l’équipe avec la plus grosse dynamique. Après, on va essayer de bien les contenir et de rester à notre niveau. On est nous aussi dans une bonne série. Le danger quand une série s’arrête, c’est que vous oubliez les fondamentaux. Il faudra rester concentré dans notre état d’esprit. Je pense que c’est dans ce sens-là que les joueurs doivent prendre le match. Ce sera la marche à suivre face à une belle écurie. On est content de le jouer et on est à chaque fois motivé à jouer des matches comme ça. Attention de ne pas oublier tout ce qu’on a fait de bien sur les derniers matches. 

Le Havre est très solide depuis le début du championnat…

C’est toujours ce qui m’inquiète en tant que coach. Quand on joue contre une équipe solide, on sait que c’est elle qui va jouer le match de manière équilibré et va changer le match si elle a l’opportunité de marquer. Elle va plus fermer et donner le scénario qu’elle veut au match. Nous qui sommes encore un peu dans le doute, c’est vrai que ce sont parfois nos craintes. Mais ces dernières ne doivent pas nous faire déjouer ou nous faire prendre le match à l’envers. Il faudra essayer de se mettre au niveau et de faire notre jeu. Les derniers buts qu’on a marqués ne viennent pas du fruit du hasard. C’est quand on arrive à un peu plus s’ouvrir qu’on marque des buts construits. 

Vous allez vivre ce match depuis les tribunes, comment vous appréhendez la rencontre ?

Je suis un peu déçu. J’étais surpris de la décision de la commission. Je me suis remis en question. Il ne faut pas se trouver là-dedans parce que je n’aime pas quand il n’y a pas le coach sur le banc, avec l’équipe. Même si ce n’est pas nous qui jouons. J’aime être près de mes joueurs. J’aime les pousser quand je peux le faire. Des tribunes, on voit mieux les blocs équipes et les distances entre les lignes, mais de la pelouse, on voit mieux l’impact, la vitesse et l’intensité d’un match. Je prendrais le positif d’être dans la tribune. De toute façon, je n’ai pas le choix. Je serais très concentré pour voir d’autres choses de la tribune. On s’est bien organisé avec mon staff, j’ai entièrement confiance en eux. Ça ne m’était arrivé qu’une seule fois. Avec Saint-Etienne, je m’étais fait expulser à Lyon parce que j’avais essayé de maîtriser mon coach qui sortait de sa zone et c’est tombé sur moi. Ce n’est pas trop dans mes habitudes. 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article