Romain Revelli (USL Dunkerque) : « On avait besoin de cette série »

USL Dunkerque Revelli
@USL Dunkerque

Après un début de saison calamiteux, l’USL Dunkerque s’est relevé et est invaincu depuis fin septembre. L’entraîneur des Maritimes, Romain Revelli, estime que le groupe dunkerquois vit dans un climat plus apaisé depuis le début de la folle série, notamment sur le plan comptable. Entretien. 

Y a-t-il plus de sérénité aujourd’hui après cette série ?

Elle permet de travailler dans un bon climat. On est parfois rompu à vivre des moments un peu plus difficiles. On est humain. On préfère travailler dans un climat plus apaisé au quotidien avec les joueurs. On s’est bien remis au travail. Cette série est intéressante dans les points, on en avait besoin. Mais en terme de point, on n’a pas fait un exploit. Maintenant, les gens observent nos matchs. Au-delà d’être attendu, ils prêtent peut-être plus d’attention à la préparation contre nous. Par contre, on s’est très bien que tout le monde peut battre tout le monde en Ligue 2. Chaque week-end, les compteurs sont remis à zéro. Il n’y a rien que tu as fait les semaines précédentes que tu ne vas pas faire à Grenoble par exemple. J’espère que les joueurs l’ont dans la tête. Dans ce cas, on ne peut garder que le positif. Après, on regarde toujours les résultats des équipes derrière et on n’est qu’à trois points devant. Cette Ligue 2 est très longue et très dure.

N’avez-vous pas eu peur que la réussite ne tourne pas ?

Non, parce qu’on ne perdait que sur des petits scores. Il n’y a pas eu de 4-0. Après, peut-être que des événements comme le mercato n’ont pas aidé le groupe pendant l’été. Malgré tout, on ne faisait pas de si mauvais match. Les petits scores montrent bien qu’on n’était pas si loin. On se doutait bien qu’un moment le travail allait payer. Après, il fallait que les joueurs apprennent à me connaître et aussi parfois que je sois un peu dur avec eux, comme en envoyer certains en réserve avant la semaine de trois matches, pour que ça porte ses fruits. Le joueur le prend mal, mais quand il revient, il est meilleur. Après, il faut rester humble parce qu’on sait qu’on ne peut rien prévoir dans le foot.

Il y a comme un parallèle entre votre début de saison et celui de Grenoble ?

Ils sont à peu près comme nous dans le parcours. Ils ont réagi un peu plus tôt que nous en terme de points. Mais nous, on a aussi fait des nuls avant de gagner comme à Rodez où on se remet un peu la tête à l’endroit après quatre défaites. Eux, ils avaient un point en quatre matchs, il me semble. Après, ça a tourné et ils ont maintenant dix-huit points. Il faut faire attention parce que cette équipe a fait mieux que nous finalement. Ils n’ont pas fait une vraie série comme on est en train de faire. Ils ont fait plus de points sur plus de matches. Cette équipe est très joueuse et joue très bien au ballon, surtout dans son stade. Le retour au stade des Alpes a eu une incidence dans leurs résultats. Après, nous, on n’a pas à se prendre la tête avec la série. Elle est là pour la confiance et les points.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *