Romain Revelli (USL Dunkerque) : « J’ai fixé des objectifs à court terme »

Romain Revelli Dunkerque

A la veille de la grande rentrée de l’USL Dunkerque, Romain Revelli a fait le point en conférence de presse sur les enseignements de la préparation estivale, les objectifs de son groupe et l’état d’esprit dans lequel celui-ci aborde la réception du promu QRM. Entretien.

Romain Revelli, quel bilan faites-vous de ces six semaines de préparation ?

Un bilan plutôt positif dans le sens où, comme je l’ai dit et répéter, quand il y a un nouveau coach, au-delà de bien connaître les joueurs et les faire jouer, il faut connaître tout l’environnement. Il y a bien eu besoin des six semaines pour cela. On n’est jamais vraiment prêt, mais en tout cas, ces six semaines se sont bien passées. Il n’y a pas eu de couac, que ce soit avec le club, avec les joueurs ou encore avec des choses diverses comme des blessures. Ce n’est jamais idéal, mais ça s’est passé correctement. C’est passé assez vite donc on ne peut retenir que du positif dans ce cas-là. Même si la dernière semaine m’a paru un peu lente (rires), mais ça, je pense que ça doit arriver aussi à mes collègues, ça me le fait tout le temps.

L’USL Dunkerque surfe sur une bonne vague avant la reprise

Les matchs de préparation ont-ils amené une certaine confiance au groupe ?

Les matchs de préparation sont là pour tirer des enseignements. Mais ils sont surtout là, comme le nom l’indique, pour préparer. On est là pour se mettre en scène dans des principes, dans l’aspect physique. Oui, il faut garder le meilleur de ces matchs et en tirer du positif, mais ça reste de la préparation, c’est fait pour monter en régime. N’allons pas trop vite dans les enseignements si ce n’est que j’ai trouvé un groupe, comme on me l’avait décrit, très agréable à travailler à l’entraînement, très professionnel, même s’il faut savoir manager ces joueurs dans certains moments. Ils se sont bien remis au travail donc c’est très positif.

Bruno Irles (QRM) : « On n’est pas prêt »

Quel regard portez-vous sur le groupe après la saison passée difficile ?

J’ai ressenti des joueurs meurtris et atteins de la saison dernière, positive dans le maintien, mais usante dans les peurs, les craintes. Les nouvelles méthodes leur ont peut-être fait du bien sur le positif à ramener. On oublie ça et on ne garde que le meilleur. C’est leur groupe commun, ils fonctionnent ensemble, ce sont des super professionnels, mais ça leur à obliger tout de suite à se dire : « Ah tiens, les entraînements ne sont pas pareils, les matchs, on les prépare différemment ». C’est là où vous devez apporter autre chose pour les rebasculer, même s’ils ne sont pas encore prêts, dans le positif. Ces dernières crainte partiront avec les résultats.

C’est qu’avec la confrontation qu’on pourra se situer et à la fin des matchs aller.

Vous êtes vous fixés un objectif avec les joueurs ?

L’objectif est le même, le maintien et de toujours chercher à s’améliorer. Ca peut-être par exemple chercher le maintien une journée avant la saison dernière. Ca c’est un peu loin. Moi, j’ai fixé des objectifs à court terme. Très sincèrement, l’objectif était de penser au match de Quevilly. Le thème c’est de faire match après match. Aujourd’hui, les joueurs n’ont rien d’autre que Quevilly dans la tête. Et comme je l’ai dit plusieurs fois, il y a 19 matchs aller, on aura joué tous nos adversaires. C’est aussi simple que ça. C’est sur le terrain, c’est sur la confrontation que vous pouvez jauger. Ce n’est pas dans la presse ou dans les conférences de presse. C’est qu’avec la confrontation qu’on pourra se situer et à la fin des matchs aller, peut-être qu’on se dira quelle équipe il faudra absolument laisser derrière pour se maintenir.

Source : USL Dunkerque

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments