[RETRO] J20 : Delort crucifie l’Amiens SC

Durant cette période de confinement, le 11 Amiénois vous propose de revivre la saison de l’Amiens SC. Après la parenthèse des matches de coupe, Amiens retrouve la Ligue 1 face à Montpellier.

Amiens en « mode maintien »

Désireux de maintenir « un mode commando« , Luka Elsner attend de ses joueurs qu’ils partent en « mission« , avec l’envie de « s’aider et se protéger les uns les autres« . Reste que si l’état d’esprit est une condition sine qua non à la performance, Amiens devrait hausser aussi le curseur en matière de qualité de jeu offensif. « C’est indéniable, il faut mettre beaucoup plus d’enthousiasme et d’audace dans les trente derniers mètres, reconnaît Luka Elsner. Tirer plus, centrer plus, provoquer plus notre chance pour être susceptible de marquer, tout simplement. On doit avoir un allant offensif et une capacité supérieure à être dangereux devant le but adverse. »

Amiens dit adieu à la coupe

Décidément Monsieur Abed va rapidement devenir persona non grata à Amiens. Dans un premier temps, le natif de Brignoles accordait un coup franc discutable pour une faute de Monconduit sur Delort. Une offrande pour Savanier qui trouvait la tête de Laborde au point de penalty, plus prompt que Jallet, pour permettre à Montpellier d’égaliser en tout début de seconde période (1-1, 50e). 

Et pour cause, Amiens avait également profité d’un coup de pied arrêté pour ouvrir le score en tout début de rencontre. Titularisé pour la première fois depuis son retour de suspension, Ghoddos déposait un petit ballon dans le paquet, repris dans un premier temps par Calabresi et poussé dans un second temps au fond des filets par Dibassy (1-0, 14e). De nouveau en 3-4-3, les Picards réalisent une première période très consistante d’un point de vue défensif, à défaut de parvenir à mettre suffisamment de verticalité dans leurs phases de construction. Ainsi, Ghoddos s’essayait de loin et obligeait Rulli à réaliser un arrêt en deux temps (28e).

Dès lors, Monsieur Abed prenait plusieurs décisions qui suscitaient la colère du public de la Licorne. Retenu par le bras dans la surface de réparation, Mendoza n’obtenait pas le penalty espéré (37e). Et que dire de l’accrochage entre Guirassy et Rulli, après une passe en retrait mal négociée par le gardien sud-américain, qui ne faisait même pas réagir l’arbitre central malgré l’assistance de la VAR (57e). Et après deux tentatives lointaines hors cadre, Delort douchait les espoirs amiénois en expédiant sa reprise de volée croisée dans le petit filet opposé (1-2, 83e). Un coup de froid terrible pour l’Amiens SC qui méritait bien mieux, même si Gurtner avait sorti le grand jeu à deux reprises (62e, 90e+2).

Le film du match

 

La réaction d’après match

Serhou Guirassy : « Je crois qu’on a livré une bonne bataille. Les semaines s’enchaînent et on n’arrive pas à régler ce dernier détail pour ne pas encaisser de but. On a mis l’agressivité et l’intensité qu’il fallait mais on se fait punir sur deux erreurs d’inattention qui coûtent cher. On avait à coeur de très bien faire parce qu’il fallait prendre des points. Je presse Rulli, je vois qu’il fait un contrôle un peu long et le ballon est devant lui, il me tape la cheville, mais pour M.Abed il n’y avait pas lieu de siffler pénalty… L’arbitrage, je ne vais pas en parler, il essaye de faire son boulot du mieux possible, on essaye de faire le nôtre du mieux possible aussi. Je pense qu’on aurait pu mériter un pénalty ce soir mais l’arbitre en a décidé autrement et on ne va pas se cacher derrière ça parce qu’on a un match mercredi à préparer. Il faudra mettre les mêmes ingrédients et gommer ces erreurs d’inattention. »

Valentin ROSE

À lire aussi :

> [J20] : L’Amiens SC grand perdant

[J20] Amiens SC – Montpellier : les notes du match

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *