Rétro 2018/2019 : Toulouse – Amiens SC, merci Blin !

Le second opus de l’Amiens SC dans l’élite du foot français désormais achevé, les rédacteurs du 11 Amiénois vous présentent leur fait marquant de la saison. On enchaîne avec celui de Romain Pechon, à savoir la victoire de l’Amiens SC à Toulouse, le 10 novembre, marquée par le but d’Alexis Blin, prêté en Picardie par le club haut-garonnais. 

Blin après l’orage

Face à une équipe de Toulouse qui reste sur huit matches sans victoire, l’Amiens SC va mettre fin à sa série de trois défaites de rang en s’offrant son premier succès à l’extérieur de la saison. En s’appuyant sur une défense à cinq (Krafth, Adenon, Gouano, Dibassy, Lefort) et un milieu renforcé (Blin, Monconduit, Gnahoré) et avec le seul Saman Ghoddos en pointe, Christophe Pélissier aligne une formation résolument défensive dans l’optique première de se rassurer avant de, si l’occasion se présente, faire mal en contre à son adversaire.

Et après un premier quart d’heure catastrophique, durant lequel Max-Alain Gradel touchait la barre avant que Régis Gurtner ne sorte un arrêt réflexe sur une tête plongeante de Manu Garcia, les Amiénois vont finalement ouvrir le score sur leur première situation franche. Après un bon renversement de Thomas Monconduit, Jordan Lefort combine avec Alexis Blin qui bénéficie d’un premier relais d’Eddy Gnahoré puis d’un second de Saman Ghoddos pour s’ouvrir le chemin des buts et tromper Baptiste Reynet d’une frappe croisée au ras du sol.

Après avoir tenu ce court et précieux avantage durant une grande partie de la seconde période, Amiens pense craquer dans les ultimes secondes. Lancé dans le dos de la défense, Dossevi centre astucieusement en retrait pour Gradel qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond au point de penalty. Une frayeur de courte durée, le but toulousain étant finalement refusé après recours à la VAR. Un dernier arrêt de Gurtner solde ensuite ce déplacement mémorable à plus d’un titre puisque ce fut également le premier victorieux dans l’histoire du 11 Amiénois. Autant vous dire que le retour en avion était plutôt joyeux !

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *