Régis Gurtner (Amiens SC) : « Vite se mettre dans la tête que la saison sera compliquée »

Amiens SC Gurtner

De longs mois après sa dernière prise de parole, Régis Gurtner s’est présenté à la presse avant la réception de Toulouse, samedi pour le compte de la 11ème journée de Ligue 2. S’il se veut toujours optimiste, le gardien de but de l’Amiens SC est bien conscient que la situation de son équipe est précaire avec seulement huit points au compteur et peu enviable dix-huitième place. Entretien.

Régis, quel regard portez-vous sur ce début de saison difficile et décevant ? 

Il nous déçoit autant nous, que vous (ndlr : les suiveurs), les supporters, que le club en général. Aujourd’hui, on est barragiste et dix-huitième de Ligue 2, on est clairement en position de jouer le maintien. Après dix matches, il y a déjà un quart de la saison passé. On est déçu d’être à cette position, il va falloir vite se mettre dans la tête que la saison sera compliquée. L’équipe a été reconstruite et il faut être prêt à jouer, pour le moment, les places pour le maintien.

Etes-vous surpris d’en être là après dix journées au regard des bonnes ondes de l’été et de la valeur intrinsèque de l’effectif ?

Les matches amicaux et la compétition, c’est complètement différent. L’équipe a réagi complètement différemment à la compétition. Il est clair qu’après une plutôt bonne préparation on a eu du mal à démarrer la compétition. L’équipe a aussi été un peu chamboulée au mois d’août. On est dans cette position et il faut faire en sorte d’en sortir rapidement en grappillant des points et des places.

Peut-on dire que vous avez été rattrapé par la pression, notamment à domicile où vous n’avez toujours pas gagné ? 

Je pense qu’il n’y a pas plus de pression à avoir à domicile ou à l’extérieur. Aujourd’hui, il nous manque des points et il va falloir aller les chercher très rapidement, que ce soit samedi contre Toulouse, un leader qui n’a perdu qu’un match, qui sera un match compliqué, ou bien après. On est là pour aller chercher des points.

Est-il temps de tirer la sonnette d’alarme et de ne plus dire que la saison est encore longue ? 

La saison est déjà bien entamée et on a que huit points, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Il y a des équipes qui sont armées et préparées pour lutter pour le maintien, nous on l’est peut-être un peu moins. Il faut vite se mettre en condition pour ce genre de situation et le plus tôt sera le mieux dans la saison. Il faut vite remonter au classement.

Il y a un peu de similitudes avec l’an dernier. Je pense même qu’on avait un peu plus de points la saison passée à ce moment de la saison.

Qu’est-ce qui manque aujourd’hui à cette équipe ? 

Pour l’instant, on n’est pas vraiment une équipe sur l’ensemble d’un match, ce qui pose problème. Quand on a des victoires qui nous tendent les bras, comme Pau à domicile. On se doit de ne pas lâcher, de ne pas concéder ce genre de but dans les derniers instants, surtout dans la position qui est la nôtre actuellement. Il faut qu’on devienne vraiment costaud sur l’ensemble d’un match.

Voyez-vous des similitudes par rapport à la saison dernière et si oui en quoi pouvez-vous vous appuyer sur celle-ci pour ne pas connaître les mêmes difficultés cette année ?

Il y a un peu de similitudes avec l’an dernier. Je pense même qu’on avait un peu plus de points la saison passée à ce moment de la saison. (ndlr : 11 contre 8). C’est à nous, les joueurs d’expérience dans l’équipe qui ont déjà vécu ce genre de situation, de transmettre ce qu’il faut au vestiaire, sans pour autant jouer avec la crainte et la pression des dernières places. Pour se sortir rapidement de cette position, il faudra en tout les cas faire une série, ce qu’on n’a pas encore réussi à faire cette saison.

N’avez-vous pas le sentiment que cette équipe est un peu trop lisse ?

On manque peut-être un peu de caractère. Après c’est à chacun dans l’équipe d’amener un peu, à donner davantage sur les plans technique, physique et mental. On doit tous élevés notre niveau, surtout mentalement, si on veut réussir à battre des équipes comme Toulouse et pour la suite de la saison aussi. Sinon, une équipe lisse ce n’est jamais bon signe pour la suite.

Avez-vous parlé de tout ça entre vous ou bien espérez vous que la dynamique s’inverse d’elle-même ?

On n’a pas encore fait de « réunion de crise » mais le coach et le staff sont conscient de la situation. On a un petit debrief après chaque match et le coach insiste beaucoup sur le fait qu’il nous faut encore 35 points pour se maintenir. On est dix-huitième il faut déjà remonter rapidement au classement. Un quart de la saison est passé, si on reste longtemps là, les ambitions vont être revues fortement à la baisse. Je suis le premier très optimiste et de nature à être ambitieux mais il faut déjà se mettre le cul part terre pour se sortir de la situation dans laquelle on est.

Cela suscite-t-il de l’inquiétude avec la peur de tomber comme ça a failli être le cas de Caen l’an dernier ?

On n’est pas à l’abri de tomber mais c’est à nous de prendre conscience qu’on a un effectif de très bonne qualité en termes de qualités individuelles. Sans dénigrer Pau, QRM ou Rodez, qu’on n’a pas réussi à battre à domicile, ce sont des équipes qui jouent le maintien. Il va donc falloir prendre exemple sur elles pour grappiller de précieux points.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires