RC Lens : une piqûre de rappel salvatrice avant la trêve ?

RC Lens
Anthony Dibon / Icon Sport

Accroché sur la pelouse de Nantes, le RC Lens a conclu la première partie de saison par une note un peu moins positive qu’habituellement, notamment en raison d’un jeu moins bon qu’à l’accoutumée.

Lens n’a pas « fait du Lens »

Franck Haise n’a eu de cesse de marteler depuis le début de saison que Lens ne pouvait pas se permettre de se relâcher et devait continuer de « faire du Lens » pour performer. Sur la pelouse de Nantes, les Artésiens n’ont pas vraiment été au niveau habituel et ont dû se contenter du nul. La faute à une incapacité à « faire du Lens ». « On n’était pas à notre meilleur niveau, ça s’est vu, confiait Florian Sotoca. Il a manqué l’avant-dernière ou la dernière passe, le dernier geste. On a manqué de réalisme devant, de plein de petites choses et c’est pour ça qu’on n’a pas gagné ce match. »

Il a surtout manqué de précision technique pour des Lensois qui ont gâché bien trop de situations offensives par faiblesse dans ce domaine, ou de par de nombreux mauvais choix qui tuaient dans l’oeuf des approches malgré tout intéressantes. « Ca n’a pas beaucoup pétillé, il faut bien le reconnaître, avouait Franck Haise  Il y a eu trop de manques dans notre jeu, pas assez de simplicité et d’exigence notamment sur la première période alors qu’on prenait le dessus et qu’on avait quelques situations intéressantes. »

Néanmoins, ce déplacement à Nantes n’a pas été perdu et il a envoyé un sacré rappel : la moindre baisse dans l’exigence coûtera cher aux Sang et Or. « C’est certainement, pas pour tous, un manque d’exigence et un peu de suffisance par moments, relatait Haise. Et c’est dès le début du match et après pour le remettre à l’endroit, même si on a eu plus de maîtrise que l’adversaire, ce n’est pas simple. Ca permet juste de remettre un coup de booster à tout le monde. Quand on ne fait pas du Lens, il en manque un peu. »

Et c’était certainement l’une des meilleures choses possibles pour des Lensois qui doivent désormais « rester les pieds sur terre, être encore plus exigeant, travailleur » pour « être encore meilleur », selon Florian Sotoca. Pour ainsi s’offrir le droit à une très grande saison.

Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *