RC Lens : Jonathan Clauss ignoré encore longtemps ?

Clauss RC Lens
Imago

Acteur majeur du nouveau probant succès du RC Lens face à Troyes (4-0) vendredi soir, Jonathan Clauss a éclaboussé la rencontre de tout son talent. Auteur d’une première période proche de la perfection avec un but et deux passes décisives, le piston droit artésien a donné de nouveaux atouts à ceux qui militent pour sa présence en équipe de France. A commencer par son coéquipier et capitaine, Seko Fofana. 

Une nouvelle master »Clauss »

Venu en zone mixte pour commenter le septième succès de la saison du RC Lens, Seko Fofana a rapidement été questionné sur la prestation XXL de Jonathan Clauss et le capitaine artésien n’y est pas allé par quatre chemins : « C’est le meilleur latéral droit de Ligue 1. Il a prouvé, ça fait deux ans qu’il est en train de tout exploser« . Le tout avant de lancer un message à la destination de Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France : « Ça me fait un peu mal de ne pas le voir en équipe de France. Je pense qu’il mérite d’y aller, j’espère que ça finira par être le cas. Si le sélectionneur m’entend... »

Pas sûr que Didier Deschamps ne prête réellement attention à l’appel du pied fait par Seko Fofana, alors qu’il semble déjà passé à côté du phénomène Jonathan Clauss, meilleur passeur de Ligue 1 cette saison avec six offrandes et déjà décisif à 17 reprises depuis son arrivée au RC Lens en juin 2020. Et si son absence en équipe de France pouvait encore s’entendre il y a quelques mois de cela, l’équipe de France jouait dans une défense à quatre peu compatible avec son profil de contre-attaquant moderne, l’instauration du 3-4-3 et l’utilisation de pistons dans les couloirs chez les Bleus a changé la donne.

Dans ce nouveau système, Jonathan Clauss devient plus que jamais un candidat très crédible, n’ayant rien à envier au Lyonnais Léo Dubois par exemple, dont le dernier bon match à très haut niveau remonte à un paquet de mois désormais. Dans le même temps, l’Alsacien n’a eu de cesse de prendre de l’épaisseur et de confirmer au sein du collectif artésien. « On le voit au quotidien. Ça ne date pas d’aujourd’hui ce qu’il fait. Je pense qu’il confirme pour sa deuxième saison, juge Wesley Saïd, son partenaire. Pour moi, il a sa place plus haut. Il le montre encore aujourd’hui (ndlr : vendredi dernier). Il est appliqué et performant au quotidien. C’est un super gars. Il mérite tout ce qu’il fait. »

Un vestiaire acquis à sa cause

A 29 ans, Jonathan Clauss aurait sans doute aussi mérité sa chance en équipe de France à l’occasion de cet ultime rassemblement de l’année. Et si Didier Deschamps continue de se cacher derrière une prétendue expérience au plus haut niveau pour certains de ses concurrents, les matches à venir contre le Kazakhstan ou la Finlande n’avaient sans doute rien d’une montagne infranchissable pour l’avaleur d’espaces du couloir droit lensois. Loin d’être découragé par cette première sélection qui se fait toujours attendre, l’ancien joueur de l’Arminia Bielefeld a sans doute livré son meilleur match de la saison face à Troyes. « Je trouve qu’il a retrouvé toute la plénitude de ses moyens physiques cette semaine, il a été dynamique du début à la fin, commentait sobrement Franck Haise après la rencontre.

Moins dans la réserve que son entraîneur, Seko Fofana a même fait d’une sélection de Jonathan Clauss en équipe de France un objectif collectif. « Je pensais que le match face à Lyon allait l’amener en équipe de France. Honnêtement, il mérite d’être sélectionné, j’y crois. On va tout faire pour l’aider à y aller, clame le numéro 8 du RCL. C’est important pour nous, tout le monde pense qu’il mérite d’y être. C’est un gars formidable en dehors, quelqu’un qui se donne toujours à fond, Il a toujours bien travaillé, toujours eu la bonne mentalité. » « Il mérite d’être appelé, j’espère pour lui que ça sera le cas avant la fin de saison, ajoute Wesley Saïd. Vous pouvez demander à tous les gars du vestiaire, on pense tous qu’il doit y être. »

Resté éloigné de toute cette agitation médiatique vendredi soir, Jonathan Clauss est bien conscient que le dernier mort revient au sélectionneur, qui ne l’a même pas pré-convoqué à l’occasion de sa dernière liste. En attendant, le principal intéressé s’est réfugié dans le travail et se contente de s’exprimer par le biais de ses prestations avec le RC Lens qui, elles, ne cessent de faire parler à défaut de lui ouvrir les portes de l’équipe de France. Pour le moment…

Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires