RC Lens : Franck Haise et l’exemple Claudio Ranieri

Franck Haise RC Lens CDF
Franco Arland/Icon Sport

S’il réalise un travail exceptionnel depuis sa nomination à la tête du RC Lens en février 2020, Franck Haise est bien conscient que cet état de grâce pourrait bien se terminer un jour. Et pour nourrir son argumentaire, le coach artésien prend en exemple le sort réservé à Claudio Ranieri, champion avec Leicester et licencié quelques mois plus tard. 

Franck, de nombreux clubs ont changé d’entraîneurs depuis le début de saison. Comment vous vous percevez ça ?

Factuellement, neuf entraîneurs, avant la mi-saison, de débarquaient sur vingt. Il y avait eu aussi cinq changements sur les balcons cet été. Donc quatorze entraîneurs différents en six mois. La profession est comme ça mais il faut poser la question aux dirigeants. Il y aura toujours un premier et toujours un vingtième. Donc est-ce-que ces changements sont logiques ? Je pense que quand il y en a quatorze en six mois, il n’y a pas beaucoup de forme de logique. Il y a certainement beaucoup de crainte des dirigeants et la manière la plus simple de régler le problème c’est de virer le coach. Ça satisfait tout le monde. Mais pour autant, est-ce-que c’est le mieux ? Je ne suis pas sûr.

C’est le profil particulier de la saison qui a accentué ces départs ?

Certainement, il y a quatre descentes. Donc c’est possible qu’il y ait plus de gens stressés et anxieux.

Vous c’est quelque chose que vous avez dans un coin de la tête ?

Oui je le sais. Je ne me réveille pas non plus en me demandant ce sera quand. Le jour où ça arrivera ce sera comme ça. Malheureusement ça fait partie du métier. Je ne me pose pas cette question. Mais je prends toujours l’exemple de Claudio Ranieri, avec Leicester, il a été champion avec Leicester et six mois après il a été débarqué. C’est des moments difficiles comme tout autres salariés.

Propos recueillis par Clément ROSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *