Quentin Lecoeuche (VAFC) : « C’est un petit derby quand même »

VAFC Lecoeuche
©VDN/MaxPPP

Natif de Beuvry et formé au RC Lens, Quentin Lecoeuche est bien placé pour savoir l’importance des derbys entre clubs du Nord de la France. Et même s’il reconnaît que l’ampleur sera moindre au sujet de celui opposant le VAFC et l’USL Dunkerque, le latéral gauche valenciennois est impatient de disputer cette rencontre. 

Est-ce que ça vous parle le foot à Dunkerque ? Est-ce que ça vous faisait rêver quand vous étiez petit ?

Le derby me parle ! J’en ai connu quand j’étais à Lens avec Lille et même Valenciennes. C’est sûr que Dunkerque monte de plus en plus, a su s’installer en Ligue 2. Etant jeune, ça arrivait que je jouais contre Dunkerque donc ça me parle bien. C’est un club qui se structure et peut devenir une équipe entérinée en Ligue 2 et qui va continuer sa construction.

Durant votre jeunesse, l’attrait était néanmoins plutôt vers Lens que Dunkerque…

J’ai rejoint Lens très tôt, j’avais huit ou neuf ans, et à ce moment, Lens et Lille étaient vraiment sous le feu des projecteurs dans la région. Maintenant, ça a un peu changé même si les deux gros clubs restent les mêmes. On voit que Valenciennes commence à vraiment tirer son épingle du jeu, que Dunkerque monte, et pour la région, je trouve que c’est bien d’avoir plusieurs clubs qui se tirent la bourre. C’est toujours bien.

Avez-vous l’impression de jouer un vrai derby ?

On va dire que c’est un petit derby quand même parce que ça reste une suprématie régionale en Ligue 2. Bien sûr qu’on n’a pas les mêmes attentes que lors d’un Lens – Lille mais ça reste un derby. On le prépare comme ça, en tout cas.

La suprématie régionale est-elle évoquée dans le vestiaire ou ce ne sont que trois points en jeu ?

Ce qui est important, c’est qu’on a entamé une série et ça nous tient à coeur de la prolonger en prenant des points. On a sorti la tête de l’eau, mais on sait très bien que dans deux matches, on peut être cinquième comme dix-septième. C’est tellement homogène et serré qu’on se doit de continuer cette série pour espérer de bonnes choses pour la deuxième partie de saison. D’abord, il faut que l’on poursuive cette spirale positive qui permet de travailler plus sereinement, libéré. Pour nos supporters, derby ou non, le match de demain on se doit de le gagner.

L’adversaire importe donc peu…

C’est important de gagner peu importe l’adversaire, et là il y a cette petite notion de derby qui fait que c’est un match encore un peu plus particulier.

Est-ce un match un peu couperet pour un VAFC qui a du mal à domicile jusqu’ici ?

Je ne me pose pas trop la question. Depuis le début, on a un peu de mal à domicile, on nous le répète souvent, ça rentre dans nos têtes et peut-être qu’on doute à cause de ça. Ca nous tient à coeur d’imposer quelque chose à domicile et de retrouver notre stade, notre public pour être intraitable à domicile.

Avoir plus de monde demain peut-il vous aider ?

C’est à nous de faire venir les gens ! Ca reste une force d’être costaud à domicile, on se doit de le faire parce qu’on a les capacités de le faire.

Propos recueillis par Arthur LASSERON avec Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *