Pierre-Alain Lavillette (Ailly) : « Je suis fier de les entraîner »

Ailly
Adrien Rocher / Le 11 HDF

Accroché sur la pelouse du RC Amiens (2-2) dans un match au contexte fou, Ailly-sur-Somme garde tout de même la tête du Régional 3 à deux journées de la fin. Mais au-delà du sportif, Pierre-Alain Lavillette retenait la performance mentale de tout un groupe malgré beaucoup d’éléments contraires au Stade Moulonguet. Entretien.

Que retenez-vous de ce match complètement fou ?

Je retiens beaucoup de fierté. Je suis fier de ce que mes joueurs ont fait sur le terrain parce qu’on a eu beaucoup d’éléments et de faits de jeu en notre défaveur. Malgré ça, on n’est jamais sorti du match, on est toujours resté dedans. Je pense honnêtement au vu du nombre d’occasions que l’on se procure, même en étant à dix, que l’on méritait de gagner. Ca n’a pas été le cas, c’est le football mais ce qui me remplit de fierté c’est l’attitude de mes joueurs malgré les faits de jeu. Le carton rouge est très sévère et sur le deuxième but adverse, il y a une main au départ de l’action ainsi qu’une faute caractérisée, mais on est resté dans notre match et ça me remplit de fierté d’avoir un groupe de jeunes joueurs comme ça, encadré par quelques anciens, qui sont capables de ne pas se laisser disperser par les évènements qui jouent en notre défaveur sur le terrain ainsi que l’ambiance très hostile en dehors du terrain.

Votre groupe vient de prendre un grand bol d’expérience dans ce contexte…

C’est à travers la compétition et le fait des jouer des matches à enjeu comme celui-là, avec tout ce que ça implique dans la gestion des émotions, que l’on progresse. Il y a encore quelques temps, on serait sorti de notre match sur le pénalty ou ce qu’il s’est passé en tribunes puis quand notre joueur a voulu revenir aux vestiaires ou encore sur le deuxième but que l’on encaisse. On serait sorti du match, c’est ce qu’il s’était passé ici l’année dernière, d’ailleurs. Ca n’a pas été le cas cette année, on est resté focalisé sur l’enjeu et j’ai vraiment apprécié l’attitude de l’ensemble de l’équipe qui s’est rassemblée à chaque évènement contraire et s’est concentrée sur le fait qu’on avait quelque chose à jouer chez un adversaire direct pour la montée et il ne fallait pas qu’on leur abandonne deux points. On l’a fait, je pense qu’on aurait pu mieux s’en tirer si les évènements avaient été un peu plus favorables parce qu’on a bien dominé ce match. Je regrette ces évènements mais ce sont des faits de jeu, tout le monde a le droit de faire des erreurs, il faut que les joueurs l’acceptent. Certains le font bien, d’autres c’est un peu moins facile mais la réponse qui doit être donnée est sur le terrain et on l’a fait. On a été correct avec l’arbitre sur le terrain. Mon joueur exclu a laissé exprimer sa frustration de manière inappropriée mais a tenu à venir s’excuser auprès de l’arbitre après le match par rapport à son attitude. C’est aussi ça qui me remplit de fierté. Je suis fier de les entraîner, de les avoir à l’entraînement, de les voir disputer des matches comme ça mais surtout fier de les voir évoluer dans le bon sens. Il faut que ça continue comme ça.

Parce qu’au-delà des footballeurs, vous gérez un groupe très humain…

C’est exactement ça. Cette année, j’ai utilisé trente-cinq joueurs sur un effectif de quarante-deux. La semaine dernière, on est allé jouer en coupe de la Somme à Saint-Valéry et il n’y a que quatre joueurs qui ont joué ce match et celui contre le RC Amiens. Ce ne sont pas seulement les quatorze qui sont sur la feuille de match qui sont importants, c’est l’ensemble de l’effectif séniors d’Ailly-sur-Somme qui fait que l’on se donne beaucoup de plaisir à l’entraînement parce qu’il y a du monde. On a rarement fait un entraînement où on était moins de vingt cette saison. On est plus proche des trente qu’en-dessous de vingt.

Ce qui est impressionnant à ce niveau…

Mais c’est parce qu’ils prennent du plaisir d’être là et ça passe par-là. Il n’y a aucune obligation pour eux. On a la chance d’avoir des objectifs compétitifs qui s’offrent à nous, à la fois en équipe une et en équipe réserve. C’est le travail que l’on met en place à l’entraînement, le plaisir qu’ils prennent et le fait d’avoir des belles personnes ensemble qui font qu’on a un effectif intéressant. On a construit cet effectif pour progresser et devenir le coeur de l’équipe à moyen terme. Les anciens sont là pour encadrer mais ce sont aux jeunes de prendre les responsabilités par rapport aux objectifs qu’ils se fixent. Sur ce match, je trouve qu’ils les ont prises.

Vous maintenez l’écart avec le RCA mais vous prenez un point à Saint-Nicolas dans la course à la montée…

On leur reprend un point mais on en perd deux sur Abbeville (ndlr : vainqueur de Saint-Nicolas). On joue Itancourt au prochain match, on sera exempt la semaine d’après et on n’a pas beaucoup de points d’avance. On devra empêcher Itancourt de revenir sur nous. Maintenant, ils ont clairement annoncé l’objectif de faire monter leur équipe réserve et je pense qu’ils vont se présenter avec pas mal de joueurs d’expérience pour essayer de faire la différence sur cette fin de saison. C’est le jeu quand on joue des réserves en fin de saison, on sait que l’on peut rencontrer des équipes qui ne ressemblent pas à celles que l’on a affrontées à l’aller. Ce sera à nous d’aller chercher ce qui se présente comme on vient de le faire. On a tout eu contre nous sur ce match. Tout. Il ne peut pas se passer un match où il y a moins de choses contre nous mais malgré ça, on s’est défendu comme des chiens pour garder ce que l’on méritait d’avoir et c’est l’attitude que l’on devra avoir sur les dernières rencontres.

Tous propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.