Pierre-Alain Lavillette (Ailly) : « Il nous a manqué trop de choses »

Pierre-Alain Lavillette

Une semaine après son élimination en coupe de France, Ailly-sur-Somme a pris un second coup de massue sur la tête en s’inclinant en championnat contre l’US Abbeville (3-1), samedi soir. En dépit des nombreuses absences, Pierre-Alain Lavillette estime que son équipe aurait pu et dû proposer un tout autre visage. Entretien.

C’était trop compliqué de rivaliser avec Abbeville ?

Non, on ne peut pas se chercher d’excuses sur les absences. Avec les joueurs présents samedi soir, on aurait dû l’emporter mais il nous a manqué trop de choses pour pouvoir prétendre à la victoire.

Est-ce dans la lignée de ce que vous pointiez du doigt depuis le début de saison ?

Si on prend la physionomie du match, on n’a pas répondu présent dans l’engagement et on sait que quand contre l’US Abbeville, c’est quelque chose qui est déterminant. On avait su le faire en Coupe de France où on n’avait pas été glorieux dans le jeu mais on avait répondu présent dans l’engagement. Si on ne met pas cet ingrédient contre cette équipe… Ils mettent tout en oeuvre pour déstabiliser l’adversaire que ce soit verbalement ou physiquement, si on ne répond pas présent dans ce domaine, on est en difficulté contre eux, et on n’a pas su le faire. C’est ce qui nous a porté préjudice. Malgré ça, on est solide défensivement mais les deux buts que l’on prend, ce sont des cadeaux sur des hésitations, une erreur de lecture, une erreur de gardien, une incompréhension entre gardien et défenseur… Dans le même temps, on a trois occasions très nettes. En étant chez eux, malgré le fait que l’on n’était pas présent, on aurait pu prétendre à quelque chose mais ça n’a pas été le cas.

Cela doit susciter encore plus de regrets…

Il faut savoir ne pas perdre ce genre de match, mais à partir du moment où on ne met pas l’engagement nécessaire dans une rencontre… Si on voulait le gagner, il fallait le montrer sur le terrain. Les joueurs qui étaient présents avaient les moyens de s’imposer contre l’US Abbeville. Il ne faut pas se chercher d’excuses sur les absences, il faut prendre ses responsabilités quand on a un rôle à jouer dans l’équipe et aller chercher la victoire.

Est-ce un petit coup d’arrêt ?

Oui et non parce qu’on sait qu’on est une équipe jeune, qu’on va manquer de régularité cette année et c’est pour ça qu’on n’a pas la prétention de vouloir monter pour l’instant. Pour pouvoir avoir cette prétention, il faut avoir un certain niveau de performance tous les week-ends, et avec notre profil d’équipe, ce n’est pas forcément le cas. Perdre à Abbeville, dans notre logique sportive, ce n’est pas une catastrophe parce que c’est une équipe solide qui a des arguments face à une équipe jeune comme la nôtre, mais ça nous fait grandir et ça nous montre ce que l’on doit être si on veut prétendre à quelque chose dans ce championnat. Tous les gestes de provocation, il faut être capable de s’en détacher, les laisser à l’adversaire pour pouvoir remporter la rencontre et on n’a pas su le faire.

C’est une période qui doit être très formatrice…

C’est comme ça que l’on apprend et que l’on grandit. Quand on se rend compte qu’on a passé trop de temps à répondre aux provocations et qu’on perd 2-0 au final… Sur l’instant, on n’y prête peut-être pas attention parce que la frustration est présente, par contre, avec le recul, on voit que si on s’en était détaché, on était au-dessus et on avait les moyens de pouvoir gagner. Ce n’est pas simple pour des jeunes d’aller à Abbeville avec des joueurs et un entraîneur qui provoquent verbalement. Il faut faire abstraction de tout ça. Ce n’est pas joli, mais ça existe et il faut savoir ne pas tomber dans le piège. Ca fait partie du jeu mais c’est dommage. Ce genre de comportement antisportif doit être sanctionné, dans tous les sports, et ça ne l’est pas assez dans le football, à mon sens. C’est pour ça que beaucoup se permettent d’avoir ce comportement et je trouve ça dommageable pour ce sport.

Propos recueillis par Romain PECHON

US ABBEVILLE – AILLY-SUR-SOMME : 2-0

Cinquième journée de Régional 3

Stade Saint Frères de Rouvroy, Abbeville

AILLY : Lejeune – Benoît, Fréville, Pailleux, Verkaik – Chappe, Felouze – Dussuelle, Krakoviak, Guelfat – Chaari.

Entrés en jeu : Bonneville, Lecronier, Marcourt.

Entraîneur : Pierre-Alain Lavillette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *