Philippe Hinscherger (Amiens SC) : « Je n’ai rien contre monsieur Aulas mais… »

Amiens SC Hinschberger
Anthony Bibard/ FEP/Icon Sport

Amené à commenter le grave incident ayant débouché sur l’arrêt définitif de la rencontre entre Lyon et Marseille le week-end dernier, Philippe Hinschberger a tenu à rappeler son passif avec le club rhodanien et Jean-Michel Aulas à l’occasion d’une rencontre à Metz en décembre 2016. 

L’antécédent Metz-Lyon

« J’ai déjà été plus que concerné une fois par ce genre de choses parce que le pétard contre (Anthony) Lopes lors de Metz – Lyon, j’étais coach de Metz. On venait d’ouvrir le score d’ailleurs. On touchait le très très haut niveau de la débilité humaine. On menait 1-0 et on a fini par jouer à huis-clos et prendre des points en moins avec sursis. Je ne sais pas si on aurait gagné, mais celui joué à huis-clos, on l’a perdu 3-0. Ce qui manque au football français, c’est la solidarité. Je n’ai rien contre monsieur Aulas, mais après ces incidents à Metz, il parlait d’avoir des sanctions exemplaires, mais il y a eu plusieurs incidents à Lyon. Il ne faut pas dire que l’on fait bien et les autres font mal. »

Les solutions pour endiguer ce climat nauséabond

« C’est quelque chose qu’il faut régler ensemble. On va devoir remettre des filets, les gens vont à nouveau pleurer, mais on est obligé pour trois abrutis. Imaginez, pour un mec on a renvoyé 50000 personnes à la maison. Ce n’est pas tolérable, d’autant plus qu’on a joué sans spectateurs pendant un an, et là, certains sont comme des fauves en cage. A un moment donné, ce n’est pas possible. Tu ne peux pas avoir peur en allant à un match de football, en frappant un corner. On fait du foot, ce n’est pas la guerre ! Que faire ? C’est triste et ça donne une image de merde du football. C’est un sujet de fond et c’est inquiétant.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article