Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Un recrutement qu’il faudrait faire au début de saison »

Amiens SC Hinschberger

A la sortie du match amical contre QRM (1-1), Philippe Hinschberger est revenu sur les dernières heures du marché des transferts, marqué par les arrivées de Mateo Pavlovic, Kader Bamba et Matthieu Dossevi. S’il se montre satisfait par ces mouvements de dernière minute, le coach de l’Amiens SC n’en oublie pas la situation sportive difficile après six journées. Entretien.

Quels enseignements tirez-vous de ce match amical ? 

La deuxième mi-temps manquait de rythme mais nos trente premières minutes étaient agréables, avec du rythme, on a mis un joli but et on a pu intégrer deux de nos trois recrues (ndlr : Kader Bamba et Mateo Pavlovic). Ensuite, on a procédé à quelques ajustements avec Arnaud (Lusamba) un peu plus bas, pour nous apporter un peu plus de liant, dans un rôle d’organisateur de notre milieu de terrain. Ça s’est plutôt bien passé. J’ai bien aimé la mi-temps qu’on a faite, même si on prend un but parce qu’on a un joueur blessé et ça remet l’adversaire en jeu alors que sans le blessé il est hors jeu de trois mètres. Ce n’est pas grave. Eddy, (Gnahoré) c’était prévu qu’il fasse trente minutes. Ça va demander du temps maintenant. L’entraînement ça va mais la compétition est une autre paire de manches. Il faut absolument qu’il se dégraisse. Quand il sera opérationnel, il sera en mesure de nous apporter pas mal de choses. Les recrues ont apporté pas mal d’ondes positives, en effet. C’est aussi le cas de Matthieu Dossevi sur les autres entraînements qu’il a pu faire avec nous. Ce sont des garçons qui viennent de la Ligue 1 et on se rend compte pourquoi.

L’Amiens SC tenu en échec par QRM

Comment jugez-vous ce recrutement de dernière minute ? 

C’est bien. Comme je l’ai dit au président (ndlr : Bernard Joannin) et à John (Williams), c’est un recrutement qu’on devrait faire en début de saison. C’est un recrutement qu’on ne fait pas si on est mieux classé mais c’est important d’avoir des gens qui connaissent le championnat, la Ligue 1, la Ligue 2. Ce sont des garçons qui nous apportent de l’expérience, de la maturité et de la connaissance. Certes, on replâtre un peu mais on a déjà pris du retard. Ce n’est pas qu’à cause de ça mais on a quand même pris du retard sur les équipes de tête.

Amiens SC : Un mercato en deux temps, un effectif déséquilibré

Faudra-t-il du temps pour les voir à l’œuvre en championnat ? 

Pavlovic était tout le temps dans le groupe à Angers. Bamba s’entraînait avec l’équipe réserve, il n’a pas 90 minutes dans les jambes parce qu’il n’a pas joué depuis trois ou quatre mois. Matthieu Dossevi s’entraînait tout seul mais les tests athlétiques prouvent que c’est quelqu’un qui est plutôt en forme. Je le connais pour l’avoir eu à Metz pendant deux mois et il m’a assez scotché sur sa forme physique et technique pour un garçon qui s’est entraîné tout seul.

On a remis de la concurrence sur les côtés, parce que ce qu’on a fait jusqu’ici n’était pas suffisant.

Votre effectif n’est-il pas un peu surchargé à la sortie de ce mercato ? 

J’aime bien travaillé avec 22 ou 23 joueurs de champ, on n’est pas beaucoup plus aujourd’hui. On est 25 ou 26 et on enlevait du monde, notamment au milieu où on est trop nombreux. On a beaucoup de jeunes joueurs et on va logiquement en enlever quelques-uns. C’est déjà le choix qu’on a fait au poste d’arrière-droit avec le départ de Youssouf Assogba (ndlr : en prêt à Boulogne-sur-Mer). Il avait besoin de temps de jeu, ce n’est pas nécessaire qu’il connaisse la même situation que l’année dernière. On a Matthéo Xantippe qui est un peu dans ce profil à gauche, qui découvre le groupe et qui va rester avec nous, même s’il y a eu beaucoup de demandes sur lui. On va le nourrir et le former. A droite, on a peut-être trouvé une solution de remplacement au poste de latéral droit avec Owen Gene qui a montré de bonnes choses pendant vingt-cinq minutes à un poste qui n’est pas le sien, même si je pense qu’il peut jouer à peu près tous les postes. On a aussi Formose Mendy qu’on peut décaler à droite et historiquement Mickaël Alphonse ne loupe pas beaucoup de matches.

Sur le plan offensif, toutes les cartes sont rebattues…

On a remis de la concurrence sur les côtés, parce que ce qu’on a fait jusqu’ici n’était pas suffisant. On a cinq points en six matches, on est sur une base de six ou sept victoires sur la saison, avec ça on descend. Soit on regarde les bras croisés en priant pour que ça aille mieux, soit on intervient. Je suis intervenu pour qu’on remette de la concurrence sur les côtés. On en parle depuis la nuit des temps, on aura peut-être aussi des départs dans ce secteur. Cela passait aussi par l’arrivée d’un défenseur central, le repositionnement d’Arnaud (Lusamba) parce qu’on a besoin de trouver des solutions. J’attends tout simplement qu’on trouve beaucoup plus que ça les deux attaquants axiaux.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *