Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Sur le match, je n’ai pas grand chose à dire »

Philippe Hinschberger Amiens SC
Hugo Pfeiffer/Icon Sport

Partagé entre la satisfaction d’avoir vu son équipe bousculer Le Havre et la frustration de repartir de Normandie sans la victoire, Philippe Hinschberger livrait un constat assez amer de ce nouveau partage des points. Entretien. 

Philippe, pouvez-vous vous contenter de ce point du nul ?

On s’en contente, mais franchement, j’ai les boules. On rate un but en première mi-temps à trois mètres de la ligne, je ne sais pas comment on fait pour rater un truc comme ça. On bidouille derrière sur une action où on fait des louches, des balles piquées, on se retrouve avec un coup-franc contre nous et but. Sur notre première mi-temps, il y avait déjà pas mal à dire mais alors sur la deuxième et la fin du match…

Où vous arrachez finalement le match nul sur penalty…

A mon avis, il y a penalty sur Kader Bamba même si je n’ai pas revu les images et je ne peux pas trop critiquer monsieur Miguelgorry et ce n’est pas l’objet non plus. Après, on a deux ou trois situations de tuer le match. On peut se dire que c’est bien de prendre un point en mettant un penalty à la 90ème mais franchement on perd deux points au regard des occasions du match. On peut aussi le perdre sans la faute de main de Mayembo. Il faut juste mettre un ballon dans le but !

Vous payez clairement votre manque d’efficacité offensive…

On en a déjà parlé, c’est l’efficacité, c’est le talent, la confiance, tout ce que vous voulez qui fait que ça va au-dessus, à côté mais pas dedans. Diakhaby est un exemple parmi d’autres. On a quatre ou cinq occasions, c’est beaucoup.

Vous jugez donc ce match encourageant…

Sur le match, je n’ai pas grand chose à dire que ce soit sur l’état d’esprit, ce que l’on a voulu faire. Attaquer était la consigne. Il faut que l’on change notre état d’esprit à partir du moment où on a trouvé une défense solide. C’est notre troisième but en sept matches, c’est plutôt pas mal sur cette base. Il y a eu une belle équipe du Havre que l’on connaît et on est dans le mauvais scénario où l’on est mené. Après, ça défend fort en face. C’est quand même la meilleure défense de Ligue 2, mais on a vraiment eu des munitions pour la faire sauter. Dans notre situation, c’est vraiment dommageable. Maintenant, il faut qu’on lâche les chevaux. Pour gagner des matches, il faut que l’on attaque.

Dans le contexte actuel, c’est le genre de match qu’il faut gagner…

Là, tu devais gagner. Tu peux le perdre paradoxalement parce que tu ne marques toujours pas, mais aujourd’hui… Je ne peux pas en dire plus. Mon objectif était que l’équipe se crée des occasions, après, j’aimerais bien être sur le terrain de temps en temps pour la pousser au fond, je pense que je serais encore capable mais ce n’est pas évident.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *