Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Pas les seuls dans le questionnement et la difficulté »

Amiens SC Hinschberger
Amiens Football

En alignant un treizième match sans victoire cette saison, samedi à l’occasion de la réception de Caen (0-0), l’Amiens SC est redevenu relégable en ne comptant plus que deux points d’avance sur la lanterne rouge, Nancy. Pour autant, Philippe Hinschberger a tenu à défendre son équipe, son système de jeu et ses hommes après le triste spectacle proposé contre les Normands. Entretien.

Philippe Hinschberger, c’est difficile de comprendre qu’une équipe avant-dernière de Ligue 1 soit avant-dernière de Ligue 2 un an et demi après…

Ca l’est, mais d’autres équipes sont passées par-là avant, et il y en a même qui ont fait des double-chutes jusqu’en National parce qu’une descente est toujours dure à digérer. Ne me posez pas trop de questions par rapport à tout ça, je n’étais pas là à cette époque. Je tente de faire mon boulot aussi sérieusement pour faire avancer l’équipe.

A l’image du triple changement effectué dans la dernière demi-heure pour tenter de forcer la décision…

Oui, et c’est normal. Je trouve que l’heure de jeu est le bon moment pour changer. Je trouve que Tolu a fait une bonne rentrée, il a dynamisé l’attaque et nos changements ont dynamisé l’équipe. Il va mettre un petit coup, d’autant plus que notre deuxième mi-temps était moins bonne, globalement. En première, on a plutôt joué dans le camp de l’adversaire, on n’a rien concédé, mais en deuxième on est moins bien rentré, on a laissé l’adversaire se mettre en situation et il était temps de changer quelque chose. Ce n’est pas que les gens qui sont sortis étaient plus mauvais que les autres mais on avait besoin de la qualité technique d’Eddy et son engagement vers l’avant, du jeu de tête de Tolu, de la qualité technique de Chadrac, d’Adama en piston pour nous mettre des courses. On a fait le maximum de ce que l’on pouvait faire, je pense.

Depuis trois matches, vous n’encaissez plus de but mais hormis contre Valenciennes vous êtes aussi resté sans marquer sur quatre des cinq dernières rencontres…

On ne choisit pas mais mon objectif de jouer à trois derrière, et je le répète, c’est pour avoir deux attaquants, ce n’est pas pour solidifier notre axe défensif même s’il faut bien reconnaître que l’on est plutôt solide de ce côté-là dans le gain des duels et les couvertures. C’est plutôt bien depuis trois matches mais ce n’est pas ça qui nous empêche d’attaquer puisqu’on joue avec Bamba, Badji, des pistons qui doivent sonner la charge sur les côtés, Benet, Lusamba… On ne peut pas dire qu’on joue avec une équipe défensive. On a trois centraux, Emmanuel Lomotey en charge de la sécurité mais le reste est censé jouer vers l’avant.

Le soucis, c’est que ça ne produit pas grand chose…

On essaye, on fait ce que l’on peut. On a des limites dans le fait de trouver des décalages dans la moitie de terrain adverse, de pouvoir ajuster des centres, s’appliquer sur les coups de pied arrêtés. On peut toujours faire un peu mieux, mais c’était aussi un match compliqué avec peu d’espace. C’est un match difficile à négocier pour beaucoup de monde.. On s’est battu, on a bossé, ça a été dur, il y avait un adversaire en face qui se posait les mêmes questions que nous. On n’est pas les seuls à être dans le questionnement et la difficulté.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nicolas C
Nicolas C
2 mois il y a

L’interview de P.Hinschberger ne me convainc pas du tout. Je trouve qu’elle est le reflet d’un aveu d’impuissance

Titi
Titi
2 mois il y a

Faut se rendre à l’évidence que, techniquement, on n’est pas au niveau. Ça va être compliqué…