Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « On s’adapte et on sait qu’on peut enchaîner »

Amiens SC Hinschberger
Eddy Lemaistre/FEP/Icon Sport

Sans compétition officielle pendant cinq semaines, l’Amiens SC va désormais disputer trois rencontres en six jours, avec pas moins de deux déplacements à la clé. Pas de quoi affoler un Philippe Hinschberger qui estime que son équipe doit être prête à dompter un tel calendrier. Entretien. 

Philippe, l’Amiens SC va jouer trois matches en six jours, comment appréhendez-vous cet enchaînement après une longue coupure ?

J’aime bien enchaîner les matches. On préfère jouer en été qu’en hiver parce que les terrains sont plus compliqués mais si on passe à Thaon, on aura un autre match le 21 janvier, on peut en avoir six en ce mois et c’est beaucoup mais le calendrier est ce qu’il est. On s’adapte, on peut enchaîner, on le sait. On prend les paramètres en considération. On va prendre notre chance pour passer ce match, on garde nos meilleures chances pour bien figurer contre Guingamp mais c’est toujours délicat d’englober deux matches en un. Si tu laisses des gens à la maison, il faut que ce soit pour une bonne raison et que ceux qui remplacent soient performants. Je sais ce que c’est comme ça, je sais de quelle équipe j’ai besoin pour passer ce tour.

A l’heure des débats autour de la surcharge du calendrier, vous estimez donc qu’un joueur professionnel est capable de gérer ça ?

On est capable, on n’a pas joué pendant cinq semaines ! On est plutôt frais. La seule chose qui pose problème, ce sont les terrains un peu lourds comme à Laval. Il y a les déplacements aussi. Là on va rentrer à 3 heures du matin pour rejouer dès mardi, tu es obligé de prendre ça en considération. Ce n’est pas lâcher un match pour en préparer un autre, mais tu dois faire intelligemment attention à ça. On a des attaquants, des milieux, des postes où on peut tranquillement interchanger. Certains joueurs, comme Gaël Kakuta qui est performant, ce serait suicidaire de le faire jouer les trois matches. Si tu ne veux pas qu’un joueur se blesse, il faut réduire la chance de blessure.

Défensivement, l’Amiens SC aborde quand même cet enchaînement sans beaucoup d’options pour faire tourner…

Youssouf Assogba a sauté dans le grand bain de belle manière sur les deux derniers matches. Il a été très sérieux et très bon dans les duels. On aura très certainement deux ou trois jeunes qui vont démarrer ce match à des postes moins clés, parce que ce n’est pas un cadeau de leur faire jouer un match comme ça. Ce sont des matches qui permettent de mobiliser l’effectif mais pas pour faire des tests. On est là pour qu’ils soient dans l’équipe qui gagne le match.

A qui pensez-vous ?

Degrumelle, Diabaté, Junior Fofana, Ouattara, tous ceux qui sont avec nous depuis le début de la saison seront avec nous samedi, d’autant plus qu’on a deux places de plus que d’habitude (ndlr : les feuilles de match sont élargies à 20 joueurs en coupe de France). Ce serait bête de s’en priver, la réserve ne jouant pas. L’objectif est d’y aller avec le maximum de munitions, de monde et mettre l’équipe la plus compétitive possible.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

Paul Charruau reconnaît que c’est « extrêmement soutenu« 

Habituelle doublure de Régis Gurtner, Paul Charruau sera dans les cages de l’Amiens SC samedi à Thaon-les-Vosges. Et même s’il n’aura pas l’occasion d’enchaîner les matches, sauf pépin de dernière minute en championnat pour son capitaine, l’ancien gardien de Valenciennes avoue que son équipe va être soumise à un rythme auquel elle n’est pas vraiment habituée. « Ce sont les tops clubs européens qui jouent tous les trois ou quatre jours. Je ne sais pas si c’est trop, on pourra tirer des enseignements après avec le ressenti de chacun. Il faut faire un peu plus attention à la récupération et à la gestion des entraînements. En attendant, on s’adapte et on essaie de faire de notre mieux. On fait aussi du football pour jouer des matches et on est content quand il y en a plein. »

Avec au moins cinq matches au programme et potentiellement un sixième en cas de qualification à Thaon-les-Vosges, l’Amiens SC sera servi au cours d’un mois de janvier déjà capital.

R.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *