Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Le match est du 50-50 »

Amiens SC Philippe Hinschberger
Loic Baratoux / FEP / Icon Sport

Sur deux défaites de rang en Ligue 2, à Nîmes (0-2) et contre Saint-Etienne (0-1), l’Amiens SC va faire son entrée en lice en coupe de France sur un match qui a tout du piège selon son entraîneur, Philippe Hinschberger.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce match ?

Pour moi, le match est du 50-50. Un club de L2 qui joue chez une N2, c’est du 50-50, il ne faut pas me le raconter autrement. C’est un club qui était encore en Ligue 2 il y a deux ans, a plutôt bien digéré sa double descente, est en train de se reconstruire et possède de bons joueurs. Bien sûr, il y aura aussi tout l’environnement dans un match de coupe. C’est un match que l’on doit aborder avec sang froid, sans s’énerver, tout en restant maître de nos nerfs et en tentant de faire parler les deux divisions d’écart, ce qui n’est jamais évident.

Ce match peut-il permettre d’évacuer les deux derniers revers en Ligue 2 ?

On est passé à autre chose. Dès lundi on a évacué ce match de Saint-Etienne où à la mi-temps on méritait quand même de mener au regard des occasions pour les deux équipes, notamment celle du pied pour Tolu. On n’a pas fait la deuxième mi-temps que l’on attendait, ce n’est pas la première fois que l’on passe à côté d’une mi-temps sur le début de saison, c’est comme ça. On prend un penalty idiot, bêtement concédé. On a perdu un point contre Saint-Etienne, on n’a pas été capable de sortir un gros match et on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. On a évacué tout ça, on ne veut pas revenir sur ces deux derniers matches où notre comportement était moyen. A Nîmes, c’était trop en dillettante, à Saint-Etienne c’était mieux mais on n’arrivait pas à trouver les solutions. La semaine prochaine, à Pau, ce sera une autre paire de manches et un autre match.

Allez-vous piocher un peu plus dans l’équipe réserve pour ce match ?

On ne va pas faire jouer des gamins de dix-huit ans. On a déjà quatre jeunes joueurs avec nous même si Kassoum Ouattara est blessé depuis un mois. On a quand même Junior Fofana, Degrumelle et Diabaté qui sont en permanence avec nous. Ce seront les premiers dans lesquels je vais piocher si besoin.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *