Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « La deuxième mi-temps doit nous guider »

Amiens SC Hinschberger
Amiens Football

Satisfait par le point ramené de Nîmes (3-3), grâce à un but inscrit à la dernière minute, Philippe Hinschberger a tenu à saluer la réaction de son équipe en seconde période, avec trois buts inscrits et un allant offensif qui doit servir de référence pour les prochaines rencontres. Entretien.

Quelle est votre réaction après ce match nul de l’Amiens SC à Nîmes ?

On ne s’est pas désuni, on a poussé jusqu’au bout, c’était aussi notre rôle de le faire. Je suis heureux pour les joueurs qu’on ait pu revenir. C’est un drôle de match et c’était assez sévère d’être mené 2-0, même si on n’a pas fait une grande mi-temps. On n’a pas concédé non plus 50 occasions. Il y avait un peu plus d’engagement de la part de Nîmes, à l’image du deuxième but où on dort un peu sur le ballon qui est repoussé. La deuxième était de meilleure facture et c’est comme ça que je veux voir mon équipe, déborder, centrer, frapper, taper la barre, marquer des buts. On a vu quelque chose et j’aimerais bien que cette équipe puisse encore exister. Arracher un résultat c’est toujours positif, on a eu le mérite d’y croire jusqu’au bout. Pour le coup, c’est positif. Sur la deuxième mi-temps, on sentait qu’on était capable de marquer et le troisième but nous a un peu surpris. La deuxième mi-temps était quand même pour nous !

Quel a été votre discours à la mi-temps ? 

De ne pas s’énerver ! Quand tu perds 2-0, il y a deux solutions : tu pars à l’abordage, tu prends le troisième et tu finis par faire un match de copains, ou bien tu restes organisés, patients, en corrigeant ce qu’il faut corriger et tu te donnes un temps assez important pour revenir au score. Il fallait passer par la case du 2-1. S’il n’arrive pas dans les cinq premières minutes, ce n’est pas grave, tu as le temps. Dans ce cas de figure, le troisième but est toujours un peu décisif. Pour cela, on a demandé plus de justesse, d’engagement et notre premier quart d’heure est bon et sanctionne une bonne période. C’est vraiment comme ça que je veux voir mon équipe. C’est bien de ne pas avoir paniqué et d’avoir mis plus de choses dans nos actions offensives.

Tolu et Badji qui marquent dans le même match, c’est symbolique…

Pour eux, c’est important de trouver le chemin des filets. La première mi-temps de Badji était à l’image de l’équipe, avec un manque de percussion, un manque de pas mal de choses. La deuxième était d’un meilleur acabit. Tolu a fait une bonne entrée, en nous gardant des ballons. Ils ont été récompensés tous les deux. Maintenant, on est à la huitième journée et c’est leur premier but dans le jeu. A un moment donné, c’était normal de gamberger.

Avez-vous fait tourner à certains postes en vue du match de mardi ?

Non, j’ai mis la meilleure équipe. Je ne me suis pas posé de questions, je n’étais pas là pour m’interroger sur le match de mardi. On a joué, des garçons ont fini fatigué à l’image de Kader Bamba. On va faire le point, on va le reposer et on verra s’il est en mesure de débuter. Je voulais aussi changer le milieu de terrain pour voir le trio Lomotey-Lusamba-Benet et ça a plutôt bien fonctionné, notamment en deuxième mi-temps où on n’était plus présent. A gauche, Harouna (Sy) a joué depuis son arrivée, je l’avais trouvé tendu sur les derniers matches, je ne trouvais pas qu’il jouait de manière libérée. Il faut donc savoir libérer les joueurs d’un poids, même si je sais qu’ils veulent toujours jouer. Matthéo (Xantippe) avait la préparation avec nous, c’était le moment pour lui de rentrer et de jouer. Ce qui ne veut pas dire qu’Harouna (Sy) ne jouera pas mardi.

Offensivement, on a vu des choses, on a marqué trois buts, on a touché la barre, c’était une très bonne mi-temps.

Cette deuxième mi-temps doit montrer à cette équipe ce qu’il faut faire pour se mettre en mode Ligue 2…

Ce serait bien, c’est ce qu’on leur demande. Maintenant, je ne suis pas dans la tête de mes joueurs. Après, on n’a pas toujours les bons scénarios, on prend un but sur le premier centre adverse, même si on est responsable aussi. Après, il y a un ballon qui traîne, Iron (Gomis) dort et c’est son latéral qui marque. En plus, c’est dévié et on peut se dire qu’on n’a pas trop de chance. Maintenant, c’est globalement ce qu’on a fait en deuxième mi-temps qui doit nous guider. Défensivement, on était un peu sur la brèche mais c’est normal quand tu pousses pour revenir. Offensivement, on a vu des choses, on a marqué trois buts, on a touché la barre, c’était une très bonne mi-temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *