Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Il est plus que temps que je dispose de mon effectif »

Hinschberger Amiens SC

A la veille du match amical face au Havre clôturant le stage de préparation estivale au Touquet, Philippe Hinschberger fait le point sur cette semaine de cohésion et de travail pour l’Amiens SC. Privé d’une partie de son effectif, le successeur d’Oswald Tanchot estime que son groupe manque encore d’expérience en dépit de sa bonne volonté au quotidien. Entretien.

Philippe Hinschberger, comment se déroule cette semaine de stage au Touquet ? 

Bien, on est dans de bonnes conditions, avec un temps plus clément ces derniers jours. Il a beaucoup plu avant qu’on arrive mais le terrain vient d’être refait, on a donc de bonnes conditions d’entraînement. Les garçons sont réceptifs, ça se passe plutôt bien. Depuis lundi, on a pas mal bossé physiquement, les préparateurs physiques sont sur la corde raide, sur la brèche. Au milieu de ça, on y a glissé nos séances avec une alternance de travail technique, de mise en place de jeu à thèmes. L’aspect tactique, faire défiler des ballons pendant deux heures pour positionner les mecs c’est assez chiant (sic). Avec Francis (De Percin, ndlr : son adjoint), on place plutôt beaucoup de jeu à terre. On a travaillé le bloc équipe, le jeu sur largeur, le nombre de touches de balle, du jeu sur supériorité numérique, tout ce qu’on peut retrouver en match. Tout ça au rythme de deux séances par jour entre lundi et mercredi, avec une toute première séance à la Licorne lundi matin. Hier soir (mercredi), ils étaient bien secoués, on leur a donc donné une matinée de récupération ce matin (jeudi), on reprend l’entraînement ce jeudi après-midi, puis une séance demain matin (vendredi) et le match demain soir.

Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Une possibilité que l’on prenne un défenseur central »

Contrairement à la première semaine d’entraînement, avez-vous pu travailler avec un groupe un peu plus conséquent ? 

On en a un peu plus en nombre, maintenant est-ce que les gens pourront jouer ? C’est moins évident. (Emmanuel) Lomotey est arrivé avec une petite pointe aux ischios, (Nicolas) Opoku est complètement blessé, Tolu est arrivé avec pas mal de tensions musculaires, Akolo nous a rejoint lundi soir et Jack Lahne a souffert physiquement sur les premiers jours, même s’il a montré des choses plutôt pas mal. Tout cela nécessite une discussion avec le staff médical pour savoir sur qui je vais pouvoir compter pour ce deuxième match amical et sur qui je vais devoir faire attention. A ce sujet, Valentin Gendrey va mieux, il a pu s’entraîner normalement depuis mardi après-midi, il va pouvoir jouer demain. Ce ne sera pas le cas de Lomotey qui est à la limité de la lésion.

Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Lusamba aux JO ? La décision appartient à la direction »

Au-delà de l’aspect sportif et de la préparation physique, c’est aussi un stage de cohésion pour le groupe…

Oui, les joueurs ont notamment été en ville pour une soirée hier (mercredi) soir, ils ont profité entre eux. Après quand on parle d’activité de cohésion pour moi ce n’est pas vraiment possible quand tu n’as pas ta défense. C’est important la cohésion mais encore faut-il que tout le monde soit là, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. On fait un stage de cinq jours, on peut aussi rester pleinement concentré sur le terrain. C’est incontournable de créer des liens humains mais on n’est pas forcément obligé d’aller batifoler à droite et à gauche. On peut certainement le faire plus tard. Maintenant, si je peux donner ma première impression c’est un groupe qui est encore très jeune, dans lequel il va falloir dégager deux trois papas ou deux trois tontons. Il va falloir se trouver des leaders sinon on ne va pas être bien.

Il faut aussi asseoir un peu ton équipe avec de l’expérience, des joueurs qui ont la possibilité de parler.

Cette semaine de stage ne fait donc que renforcer vos convictions sur le besoin de joueurs expérimentés…

Bien sûr ! Il en faut, on ne peut pas jouer qu’avec des gamins de 20-21 ans et un plus vieux joueur de champ de 24 ans. Il faut aussi asseoir un peu ton équipe avec de l’expérience, des joueurs qui ont la possibilité de parler, même si ce n’est pas toujours facile quand tu arrives dans un nouveau club. On cherche donc des joueurs, sur des postes clés, qui ont une certaine expérience.

Avez-vous bon espoir que cela arrive rapidement ? 

A chaque jour suffit sa peine (rires). Chaque jour apporte aussi son lot d’espoir, on va récupérer (Charbel) Gomez cet après-midi (jeudi). L’effectif commence à se dessiner et il est plus que temps que je dispose de celui-ci. Aujourd’hui, on commence un peu la construction par le toit mais on n’a pas encore mis les fenêtres et il risque d’y avoir des fuites d’eau. C’est comme ça mais il ne faut pas qu’on prenne trop de retard car on peut ramer toute la saison si on perd les deux premiers matches. J’en ai parlé avec mes dirigeants maintenant c’est tout un fonctionnement du club dont a déjà discuté. C’est à moi de m’adapter aussi mais je sais que dans trois mois on va me demander des résultats, pour cela il faut aussi que je puisse mettre des choses en place. Je veux bien avoir des résultats mais si je n’ai pas de matériel c’est impossible. Je ne suis ni un magicien, ni un faiseur de miracles.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

2 Commentaires

Commenter
  1. bientot la reprise et pas d’arrivée significative de vrais joueurs ôr la ligue 2, pfff; le pauvre il va vite comprendre sa douleur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.