Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Content de remettre Amiens en haut de l’affiche »

Amiens SC Hinschberger
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

Tombeur de Rodez pour le compte de la 10ème journée de Ligue 2, l’Amiens SC a pris les commandes du championnat, dans l’attente du match de Bordeaux contre Laval. Quoi qu’il en soit, Philippe Hinschberger savoure ce retour au premier plan, le fruit d’un travail de longue haleine pour refaire de l’ASC un club performant. Entretien.

Philippe, quel est votre sentiment après ce sixième succès de la saison pour l’Amiens SC ?

On a eu le match qu’on attendait, contre une équipe généreuse, qui a de bons attaquants, de bonnes connexions et un bon milieu de terrain. On savait qu’ils allaient mettre de l’engagement et on a été présent. Il fallait aussi qu’on soit capable de subir et de passer ce genre de test. On a quand même failli prendre un but sur leur premier ballon dans la surface, là j’aurais été très mécontent de le prendre. D’autant que c’est ce qu’on avait vu à la vidéo, avec du jeu long, une déviation et Depres et Corridor dans le dos. Une fois cette alerte derrière nous, on a plutôt maîtrisé la première mi-temps et on marque sur notre meilleure occasion. Mon seul regret est de ne pas avoir su se mettre à l’abri et pouvoir souffler un peu. Rodez a des occasions pour revenir à 1-1 mais on en a aussi pour punir. On est tout le temps resté sur le feu, avec les coups de pied arrêtés. Je n’ai jamais été tranquille, il nous aurait fallu ce deuxième but. On a l’ouverture de Chibozo pour Xantippe ou encore la dernière action de Leautey.

Il vous a peut-être aussi manqué un peu de maîtrise en seconde période ?

Dans ce genre de match, on tombe sur un adversaire qui ne met pas forcément une grosse agressivité sur tes premières relances et tu as tendance à faire des passes d’assurance qui ne te font pas avancer. A l’inverse, ça permet à ton adversaire de cadrer et d’avance sur toi. Tu finis par repasser par ton gardien ou bien balancer le ballon. Je trouve qu’on a rendu trop de ballons et il nous aurait fallu plus de maîtrise technique à l’intérieur du bloc, je suis d’accord. Maintenant, c’est aussi le point fort de Rodez. Je peux comprendre que les joueurs aient été entre le marteau et l’enclume.

Iron Gomis et Doums Fofana étaient de nouveau titulaire avec une nouvelle passe décisive à la clé pour le premier…

Après le match de Niort, ils méritaient de repartir sachant que Jessy Benet était aussi un peu perturbé par des ennuis musculaires. Il n’est pas au meilleur de sa forme physique actuellement. Et démarrer avec la même équipe que contre Niort me semblait assez logique aussi.

Tant qu’on gardera la tête sur les épaules et les pieds sur terre, on continuera à avancer.

L’Amiens SC se retrouve leader…

C’est anecdotique…

…Même après dix journées ? 

Oui, parce que c’est au gré des autres résultats, comme la défaite de Sochaux. Mais à un moment donné quand tu gagnes tes matches tu n’as pas besoin de regarder les autres. Je suis satisfait de notre classement et je suis satisfait de basculer dans la deuxième période de six matches qui s’annonce plus rugueuse avec une victoire. On est dans l’exemple du temps automnal, avec de l’humidité, de la pluie, il fait noir. C’est moins glamour et c’est là qu’on va voir ce qu’on a dans le ventre. On a passé Rodez, il reste Pau, QRM, Nîmes, des équipes qui ne sont pas forcément dans le haut du tableau et qui vont jouer avec le haut du tableau. Il faut aussi qu’on soit capable d’aborder ces matches-là. C’est pour ça que je suis contenu de notre solidarité affichée pour obtenir ce résultat. Gagner à Rodez, c’est toujours difficile.

C’est le genre de victoire qui peut changer la face d’une saison…

C’est clair ! Ca te met aussi dans une dynamique très intéressante. Tant qu’on garde de l’unité, de la volonté de bien faire et la capacité à faire des efforts… Je vais prendre l’exemple du match de Papiss Cissé. J’ai bien aimé son match, il a été notre guide d’attaque et il a été récompensé par un joli but. Tant qu’on gardera la tête sur les épaules et les pieds sur terre, on continuera à avancer.

On parle beaucoup de la force collective du groupe depuis le début de saison. Ce genre de match donne du poids à cette thèse ? 

La force vient aussi des résultats, il ne faut pas le nier. Ce bon début de saison est aussi l’aboutissement de tout un tas de choses. Le club s’humanise et s’ouvre vers l’extérieur, vers ses supporters. Il arrête tout simplement de faire jaser. On est revenu à des choses simples d’un vrai club de Ligue 2. Je suis aussi content de remettre Amiens en haut de l’affiche, parce que c’est un club qui le mérite, plutôt que de le voir 18e comme l’an dernier à pareille période. On est dans le boulot et les résultats donnent à tout le monde l’envie de s’accrocher. Quand je fais entrer des mecs à un quart d’heure de la fin, je leur ai dit qu’on est premiers ! Ca vaut le coup quand même de s’arracher. Aujourd’hui, on respire dans cette saison aussi piégeuse. Avoir 20 points c’est bien mais avoir envie de continuer est une autre chose. Il faut vraiment garder cet élan qui nous fait avancer. On fait rester attentif à tout ça. On a su rebondir après la défaite à Caen et si on peut à nouveau enchaîner trois victoires après une défaite, sachant que ce le match de Dijon n’est pas joué encore.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *