Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « Comment on fait pour ne pas marquer »

Philippe Hinschberger Amiens SC
Adrien Rocher / Le 11 HDF

Déçu mais pas énervé de la défaite deux buts à zéro contre Versailles en match amical, Philippe Hinschberger a une nouvelle fois relevé le manque d’efficacité de ses attaquants. L’entraîneur amiénois cible également, sans les nommer, plusieurs joueurs pas au niveau.

Philippe, comment analysez-vous cette défaite ?

On a joué contre une très bonne équipe de Versailles qui a mérité sa victoire. C’était une attaque placée contre des contre-attaques en première mi-temps. En deuxième mi-temps, on a joué avec beaucoup de jeunes, ça a dynamisé la chose. Il nous a manqué toujours la même chose, on est capable d’arriver à trente mètres, et ça manque de courses vers le but. Déstabiliser un bloc solide devant toi, c’est toujours la difficulté. Je ne suis pas énervé par la défaite. En deuxième mi-temps je trouve qu’on a été plus dynamique, mais tu te demandes quand même comment on fait pour ne pas marquer un but.

L’attaquant le plus dangereux aujourd’hui, c’était le jeune Ilenikhena…

George est un garçon qui est capable de prendre la profondeur, il a fait son match. Doucement, il a 16 ans quand même. Il faut qu’il progresse dans l’aspect défensif, dans la connexion avec ses partenaires. Je voulais le voir sur une durée un peu plus longue, ça me semblait assez logique. A chaque fois qu’il vient avec nous, il montre des choses. Il faut le calmer. L’effervescence après son but à Bordeaux, je pense qu’il a assez de plomb dans la cervelle pour échapper à tout ça. Aujourd’hui, je lui ai dit « le plus dur commence ». Maintenant, il doit confirmer.

Une grosse semaine arrive avec Le Havre le week-end prochain…

On va récupérer, on reprend lundi. On va préparer ça avec une bonne observation de l’adversaire sur ses points forts, ils en ont. Ils ont aussi des points faibles sur lesquels on peut largement appuyer. Même s’ils n’ont pris que sept buts cette saison. C’est quand même crispant notre incapacité à marquer depuis longtemps. Tu retires Laval où tu en mets trois, Niort où tu en mets trois. Tu gagnes cinq matches 1-0, c’est chiant quoi (sic).

Il faut vite un attaquant donc…

Ou que nos attaquants progressent, se mettent dans le sens du jeu. Que l’on soit moins énervé quand on n’y arrive pas. Il faut que l’on soit patient. On prend deux buts sur une perte de balle et un contre. Ouattara met une merde (sic) à Junior, l’autre perd le ballon dans le rond central, bim deux passes c’est terminé. C’est ça le football aujourd’hui.

Gaël Kakuta était préservé aujourd’hui ?

Gaël a besoin de décompresser un peu sur ses muscles. Ne pas oublier que c’est un garçon qui n’a pas joué pendant un an à Lens. Pas besoin d’aller péter des mecs là. C’est pareil pour Leautey que je sors à la mi-temps, Gélin que j’ai failli sortir parce qu’il avait un peu mal au mollet. On ne veut surtout pas de blessés sur ce genre de match. Youssouf Assogba n’était pas là, il a pris une grosse béquille pas plus tard qu’avant-hier dans un choc avec Xantippe. Barry a fait sa mi-temps.

L’objectif est de donner du temps de jeu sur ces matches-là ?

Non, surtout de rester dans le rythme, mais ne pas dépasser non plus. On a fait une trentaine d’heures de bus en quinze jours. On est rentrés à six heures de Laval, à trois heures de Thaon, à cinq heures de Bordeaux à cause de leur p***** de contrôle antidopage là. Ca m’a saoulé (sic). Il n’y a aucune raison d’aller au-delà d’une heure de jeu. Ca permet aussi aux grincheux ou râleurs qui jouent moins, quand ils ont trente minutes, qu’ils se bougent le cul. Je ne vise personne.

Qu’avez-vous pensé dans entrées de Hassane Bandé et Josué Chibozo aujourd’hui ?

Josué il est dans un trip où il faut qu’il joue plus avec ses partenaires, c’est clair. Hassane est capable de bonnes choses, on l’a vu. J’essaie de les mettre à leurs postes respectifs. C’est à eux de donner les réponses, pas moins. Les gens qui crèvent l’écran, qui sont bons, ils jouent.

Propos recueillis par Romain Pechon, avec Arthur Lasseron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *