Philippe Hinschberger (Amiens SC) : « C’est insuffisant, indigent sur la partie offensive »

Hinschberger Amiens SC
FEP/Panoramic/Imago

Incapable de tirer mieux qu’un match nul à Niort (0-0), l’Amiens SC fait du surplace en ce début de saison avec une seule victoire après six journées et une triste quinzième place bien éloignée des ambitions de l’intersaison. De quoi amener Philippe Hinschberger à faire un bilan sans concession à l’issue de ce premier mois et demi de compétition. Entretien.

Que retenez-vous de ce match ?

On va commencer par le négatif. On a fait une première mi-temps insipide, c’est le moins que l’on puisse dire. Ce qui est un peu bizarre, c’est qu’on a l’impression que dès qu’on fait deux ou trois passes, on peut être dangereux. J’attends beaucoup plus. En deuxième mi-temps, sur une grosse moitié ça a été beaucoup mieux, et on a eu quelques situations, une barre mais Niort aussi. On a très peu joué sur ce match, voilà ce que je retiens. Après, sur le reste, on a été en réussite. Régis a fait deux gros arrêts, il y a une barre. Globalement, sur les occasions, on doit perdre ce match. C’est un peu ce que je retiendrai aussi. Je suis plutôt content d’avoir gardé notre cage inviolée pour la troisième fois successive, ça restera quelque chose de positif. Après, il va falloir qu’on gagne des matches, mais pour ça il faut être moins indigent dans notre partie offensive. Soit il faut que je réfléchisse différemment, soit il faut que l’on fasse autre chose. Mais franchement, des matches comme ça, ça ne reste pas dans les annales.

L’Amiens SC décroche un nul quasi miraculeux

Les deux équipes se sont neutralisées au point de peiner à attaquer…

Au bout du compte il y a cinq ou six occasions au total sur l’ensemble du match. Après, c’est vrai que les deux équipes se sont un peu observées, sachant que l’une est habile en contre. Niort est rentré prudemment dans son match et le début de match était plutôt pour nous dans la circulation du ballon, etc. Comme d’habitude, on a commencé à perdre des ballons et prendre des contres à la con et ça les a remis dans le truc. Finalement, ils se sont aperçus qu’ils pouvaient nous mettre en difficulté. C’est comme ça que je vois la première mi-temps. Les deux équipes ont toujours eu peur. D’ailleurs on a vu que quand on allait dans l’espace, on pouvait poser des problèmes, ne serait-ce que l’appel de Papeau en première mi-temps. On a vu que Niort, c’était pareil en deuxième mi-temps. Je crois que tout le monde craignait un peu dans l’affaire.

Ressentez-vous un manque de confiance global au sein de votre équipe ?

On est rentré dans le match sans manque de confiance et avec les bonnes intentions, du jeu au sol. On trouvait bien nos milieux de terrain et c’était dans le plan de jeu que l’on avait préparé et proposé à nos joueurs. Après, on se met en difficulté tout seul parce qu’on est tout le temps en train de faire des mauvais choix, des mauvais contrôles et ça redonne à manger à l’adversaire. Après, ils ont repris le contrôle. En première, sur la dernière demi-heure, il était plus que temps qu’on arrive à la mi-temps parce que c’était très dur pour nous et je ne comprends pas trop pourquoi. On avait quand même des garçons sur lesquels on peut s’appuyer techniquement. Toucher nos attaquants en première mi-temps, c’était quasiment un ballon qui revenait et c’était compliqué. On ne va pas accabler (Aliou) Badji, c’est son premier match depuis trois ou quatre mois, il nous a montré qu’il pouvait marquer des buts quand même parce qu’il a failli convertir sa seule occasion. La rentrée d’Adama (Diakhaby) nous a dynamisé dans son jeu de passes avec quelques accélérations qui étaient plutôt pas mal. A méditer.

Formose Mendy (Amiens SC) : « C’est un bon point »

Le bilan n’est évidemment pas bon avec seulement cinq points…

C’est insuffisant. Dans le foot, il faut gagner des matches. On ne va pas aller à l’assaut de tout, mais on a envie de voir une équipe d’Amiens qui, sur le plan offensif, est capable de faire quelque chose. Quand on arrive à déborder sur le côté, le centre met tellement de temps à arriver que le pauvre joueur dans la surface n’a aucune chance de jouer le ballon. On a besoin de faire beaucoup mieux sur le plan technique.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires