Oswald Tanchot : « A Amiens, le vestiaire ressemblait à un aéroport »

Amiens SC Tanchot
Panoramic

Un peu plus d’un mois après son départ de l’Amiens SC, Oswald Tanchot est sorti de son silence à l’occasion d’un long entretien accordé à nos confrères de MaLigue2.fr. Tout sauf surpris par la fin de son aventure, l’intéressé ne mâche pas ses mots sur la politique sportive du club picard.

Son départ d’Amiens

« Je l’ai pris avec beaucoup de philosophie et de recul. Déjà, cela a été très tardif à être annoncé. Je le sentais depuis longtemps. Si vous vous rappelez, j’avais même déjà mis du temps à accepter le poste. Je savais que cela aurait été délicat, douloureux. Des bases n’avaient pas été mises concernant plein de choses, c’était un sacré chantier. Comme je l’ai dit au président, je pense que si on s’était maintenus à la dernière minute du dernier match comme d’autres, on aurait été sans doute plus valorisés. On a terminé 8e ex-aequo et sans souffrir. Il n’y a pas eu trop d’émotions, ni dans un sens ni dans l’autre, dans des stades vides… On a fait le boulot mais c’était clairement une saison un peu pénible pour tout le monde. Moi, je n’ai pas été surpris que cela s’arrête car je l’avais déjà appréhendé. Dès que j’avais signé, je sentais que ce serait un passage plutôt court. »

Amiens SC : Philippe Hinschberger veut « obligatoirement » des joueurs français

Une aventure difficile à Amiens

« On avait un vestiaire qui ressemblait à un aéroport (sourires). Les joueurs étaient toujours en transit, le dernier départ on l’a connu au mois de mars avec le départ de Stiven Mendoza au Brésil. Cela bougeait beaucoup, tout le temps, avec le traumatisme de la descente en Ligue 2 en même temps. Je savais que pour aller chercher le maintien, cela serait douloureux, avec des habitudes et des personnes à bouger un peu. Je savais que ce ne serait pas sans conséquence pour le futur. Mais ce qui m’importait, c’était de sauver l’équipe. On avait un engagement moral, on l’a tenu avec le staff. On a eu, je pense, le mérite de finir dans la première partie de tableau, mais aussi de lancer une dizaine de jeunes. On y a rajouté le petit plus de poser les bases pour le futur. »

Mickaël Alphonse (Amiens SC) : « Ce sont des bébés pour certains ! »

La politique sportive de L’Amiens SC

Je crois que mon successeur en a déjà parlé un peu aussi donc c’est la même vision. Celui qui était avant moi, Luka, la partageait aussi et celui encore avant, Christophe Pélissier, également. C’est le projet du club, il faut savoir s’y adapter. Mais quand on ne regarde pas dans la même direction, il ne faut pas… Chacun vit sa vie et avance de son côté. Ce n’est pas ma vision des choses de construire un projet comme ça. Je sais d’expérience que c’est sur trois ans qu’on peut bâtir quelque chose, avec un effectif stable. Si on a des allers et venues incessantes dans un vestiaire… Je n’ai rien contre le trading, au contraire ! C’est intéressant. Mais il faut trouver les bonnes proportions et le bon équilibre dans le vestiaire, avec des gens qui connaissent la L2, avec des gens qui connaissent la région et qui s’identifient au club, c’est essentiel. Sinon, c’est compliqué.

Source : MaLigue2.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *