Nicolas Cauvin (RC Amiens) : « Une succession d’erreurs défensives que l’on paye cash »

Nicolas Cauvin RC Amiens

Battu pour la première fois de la saison sur la pelouse de l’US Abbeville (1-3), le RC Amiens s’est tiré une balle dans le pied en donnant trois buts aux Abbevillois. De quoi donner des regrets à son entraîneur, Nicolas Cauvin.

Comment analysez-vous ce match ?

On fait une très bonne première mi-temps où le seul point négatif c’est qu’on est tombé sur un bon gardien parce qu’on doit revenir avec un ou deux buts d’avance. On avait vraiment le match en main. On avait maîtrisé la première mi-temps. En début de deuxième, on ouvre le score, mais on se fait égaliser cinq minutes après sur corner. Derrière, c’est une succession d’erreurs défensives que l’on paye cash. On prend trois buts en dix minutes et ils plient le match là-dessus.

Cette fois, vous n’avez pas su passer outre les temps faibles…

Techniquement, on était meilleur qu’eux, mais à ce niveau il y a des erreurs que l’on ne doit pas faire et que l’on a faite aujourd’hui. On les a payé cash. On était bien parti, et à 1-0 on ne doit pas laisser autant d’espaces à l’adversaire. C’est ce que l’on doit corriger, quitte à fermer un peu plus et ce que l’on n’a pas fait.

On a le sentiment que vous ne comprenez pas trop cette défaite…

Parce qu’on prend des buts bêtement ! Sur l’égalisation, c’est un corner où l’on n’est pas au marquage, ensuite, c’est un ballon de quarante mètres dans le dos de notre défense, on doit fermer le côté mais on ne le fait pas. Sur le dernier, on a un deux contre un, on ne contrôle pas le joueur et on prend un ballon dans la profondeur.

Est-ce un simple accident ?

C’est ce qu’il faut espérer ! Il faudra réagir au prochain match de championnat (ndlr : le 24 octobre contre l’Arsenal Club). Une réaction sera attendue.

Sur quoi avez-vous axé votre discours d’après-match ?

Sur les erreurs individuelles. On ne peut pas se permettre de mener 1-0 et de faire autant d’erreurs. Les fautes de concentration, à ce niveau-là, ça ne pardonne pas. On avait le match en main, on n’était pas trop mis en difficulté…

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *