Mickaël Alphonse (Amiens SC) : « Il y a beaucoup d’agacement et de déception »

Amiens SC Alphonse
Imago

Buteur en fin de première période, Mickaël Alphonse n’a néanmoins pas pu empêcher la première défaite de la saison pour l’Amiens SC, samedi soir face à l’AJ Auxerre (1-2). Frustré de la passivité de son équipe en seconde période, le latéral droit tire déjà la sonnette d’alarme. Entretien.

Mickaël, on a vu deux mi-temps et deux visages très différents…

Complètement. Le premier visage, en première, était plutôt séduisant même si on aurait été bien inspiré de marquer un peu plus. On a plus de situations que d’occasions. En deuxième, on fait un peu un non-match. Il n’y a plus rien, on n’avance plus, on n’est plus agressif, on se trompe totalement, on rend le ballon à l’adversaire et voilà ce que ça fait.

[J1] Amiens SC – Auxerre : les notes du match

On imagine que c’est dur de se l’expliquer à chaud…

Si je pouvais l’expliquer, ce serait bien, mais il y a beaucoup d’agacement et de déception. Ca fait partie du foot ! Il y a un match la semaine prochaine donc il ne va pas falloir rester là-dessus trop longtemps mais c’est chiant d’avoir un truc dans les mains et de le perdre si facilement en faisant petit garçon. Honnêtement, ce qu’il faut, c’est que l’on prenne des points et qu’on avance.

La mi-temps semble avoir créer une cassure…

Je ne sais pas. Franchement, je n’ai pas d’explication à ça dans le sens où il a tellement manqué de choses que je ne saurais même pas par où commencer. On avait l’impression que les deux équipes avaient changé de maillot. Il va falloir essayer de grandir avec ça et que jeunes ou pas, il ne faut plus que ça nous arrive.

On a fait des choses intéressantes mais si on gâche tout comme ça, c’est difficile.

On n’a pas vu de réaction d’orgueil pour tenter d’inverser la vapeur…

On a l’impression que c’était à sens unique, il ne faut pas avoir peur de dire les choses. Ca l’était pour nous en première et pour eux en deuxième, sauf qu’on leur a fait des cadeaux. Au haut niveau, ça paye direct.

Il y a quand même de belles choses sur lesquelles s’appuyer…

C’est intéressant pour la suite mais la vérité d’aujourd’hui fait que ceux qui sont arrivés à la soixantième ne sont pas au courant de ça. C’est là-dessus qu’il faut que l’on travaille. Oui, on a fait des choses intéressantes mais si on gâche tout comme ça, c’est difficile. Il faut s’appuyer sur ce que l’on a fait de bien, se mettre au boulot, ne pas ruminer ça pendant des semaines. Ca va arriver vite maintenant.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.