Mercato : Gurtner prêt à quitter l’Amiens SC ?

Régis Gurtner Amiens SC
Loic Baratoux/FEP/Icon Sport

A six mois de la fin de son contrat, Régis Gurtner sera-t-il toujours un joueur de l’Amiens SC à l’issue de ce mercato d’hiver ? La question se pose alors que le club d’un de ses anciens entraîneurs s’apprête à perdre son gardien titulaire et aurait coché le nom du capitaine amiénois comme une des solutions de repli. 

Gurtner vers la Bourgogne ?

C’est un peu l’histoire d’un vieux serpent de mer. Chaque fois que Christophe Pelissier est à la recherche d’un gardien depuis son départ de l’Amiens SC, le nom de Régis Gurtner refait surface. Or, Benoît Costil s’apprête à quitter Auxerre pour devenir la doublure de Lucas Chevalier au LOSC. Et selon nos confrères de France Bleu Bourgogne, le gardien de l’actuel sixième de Ligue 2 fait partie des pistes sérieuses de la cellule de recrutement de l’AJA, aux côtés d’Etienne Green (Saint-Etienne) pour prendre la suite de l’ancien international français (1 sélection).

Si sur le papier la piste semble crédible et assez naturelle, il n’y a à l’heure actuelle aucun contact entre l’Amiens SC et Auxerre au sujet de Régis Gurtner. Et même si ce dernier a gardé des rapports étroits avec Olivier Lagarde, son ancien mentor et toujours membre du staff technique de Christophe Pelissier, le promu envisagerait davantage de miser sur Donovan Léon, artisan de la montée en Ligue 1 la saison dernière. Reste que l’avenir de Régis Gurtner en Picardie s’écrit bien en pointillés, lui qui n’a toujours pas prolongé un contrat qui arrive à échéance en juin prochain.

Ainsi, si un départ apparaît peu probable d’ici la fin du mois de janvier, il n’est aujourd’hui pas acquis que Régis Gurtner – qui a également connu des chamboulements dans sa vie personnelle ces derniers mois – gardera bien les buts amiénois la saison prochaine. A 36 ans, le natif de Saverne n’a en tout cas pas perdu espoir de rejouer un jour en Ligue 1, de préférence à Amiens mais sans jamais fermer la porte à un quelconque nouveau défi. A ce stade, l’hypothèse auxerroise reste en tout cas un simple fantasme.

Un commentaire

Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *