Mehdi Izeghouine (Wasquehal) : « Je félicite Salouël du fond du coeur »

Qualifié pour les 32èmes de finale suite à son succès à La Licorne face à Salouël (3-0), Wasquehal continue son aventure et son entraîneur Mehdi Izeghouine a tenu à rendre un hommage appuyé au Petit Poucet du huitième tour.

Beaucoup de respect

« C’était un match plutôt pas mal avec deux équipes joueuses. On s’y attendait. C’était un bon match de football et c’est pour ça que je suis content, notamment pour les jeunes qui sont venus. On est plein d’émotions. Je félicite Salouël du fond du cœur parce qu’ils ont fait un admirable parcours. A nous de prendre exemple sur eux en se disant que tout est possible dans le football. Aujourd’hui, ce n’était pas la Coupe de France mais la coupe de l’amitié. On a représenté positivement le football.

On s’est fait peur à un moment. Ils ont rivalisé. On est une équipe joueuse, on laisse des espaces et ils ont les super bien exploités. On avait décidé d’être dans le déséquilibre parce qu’on savait qu’il fallait marquer le premier but. En face ils étaient très expérimentés et sont allés beaucoup de fois aux pénalties. On avait donc fait ce choix qui n’était pas du quitte ou double mais risqué en étant très haut avec des défenseurs en un contre un. Notre gardien a fait ce qu’il fallait. On doit être plus efficace en deuxième mi-temps mais on ne va pas s’embêter sur les détails.

Le premier but nous a libéré et c’est normal. On jouait chez le petit poucet avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, on a des situations dans le premier quart d’heure que l’on ne met pas. Sur ces matches-là, ce n’est pas tactique ou technique, c’est la gestion des émotions. On a insisté là-dessus. Ca se décante sur un coup de pied arrêté mais la victoire n’est pas volée non plus. Pour les deux équipes c’était formidable de jouer dans ce stade. On en a profité et voir les jeunes du club être accompagnés ici, c’est une vraie fierté. Je pense toujours à eux qui sont là avec des étoiles dans les yeux. Les garçons leur ont donné leur maillot, c’est un super symbole. »

Propos recueillis par Arthur LASSERON et Adrien ROCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article