Mattheo Xantippe (Amiens SC) : « On a fait preuve de beaucoup de sérieux »

Xantippe Amiens SC
Loic Baratoux/Icon Sport

Buteur dans le festival offensif de l’Amiens SC face à l’Aiglon du Lamentin (10-0), samedi à l’occasion du huitième tour de coupe de France, Mattheo Xantippe était satisfait du comportement affiché par le club picard, animé par l’envie de tout de suite exprimer sa supériorité intrinsèque. Entretien.

Mattheo, l’Amiens SC s’est facilité le match en faisant le travail de bout en bout…

On voulait terminer sur une bonne note notre première partie de saison, au cours de laquelle on a fait de bonnes choses même si on a une période de trou comme pour toute équipe. On a fait preuve de beaucoup de sérieux, des entrants à ceux qui sont entrés en jeu. On est très content. On savait que si on ne mettait pas le scénario et la concentration nécessaires, ça pouvait devenir un match piège. Ils ont peu existé parce qu’on a aussi mis un bon pressing. On a tout simplement fait le match qu’il fallait.

Et pourtant, le Lamentin venait ici avec des ambitions ! 

Oui, j’ai vu passer ça avant le match ! Ils avaient raison de venir avec des ambitions ! Maintenant, le coach nous avait dit qu’il fallait mettre l’intensité nécessaire pour se rendre le match facile. On a mis le pied sur le ballon, on a parfois du mal face aux blocs bas mais on a su créer les décalages par le biais de Jess (Jessy Benet), Gaël (Kakuta) et même Jérem (Jérémy Gélin). On a su faire la différence sur ce genre de phase de jeu.

Même si ça ne reste qu’un match de coupe face à un adversaire largement à votre portée, cette victoire doit faire du bien sur le plan mental…

Bien sûr ! L’an passé, Tolu (Arokodare) a commencé à prendre de la confiance en marquant dans ce genre de match. Même s’il y a un vrai niveau d’écart, c’est le genre de match qui peut permettre de prendre ou de retrouver de la confiance. On peut partir en vacances le sentiment du devoir accompli, la tête reposée et l’envie de vite réattaquer à la reprise.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *