Mathis Lachuer (Amiens SC) : « Il y avait mieux à faire »

Lachuer Amiens SC
Adrien ROCHER - Le 11 HDF

Titularisé dans l’entrejeu à Dunkerque (0-0), Mathis Lachuer n’a pas pu forcer la décision dans un match qui n’a pas atteint des sommets, bien au contraire. Quoi qu’il en soit, le milieu de terrain de l’Amiens SC assure que ce résultat est plutôt positif après la déroute havraise, même s’il y avait la place pour faire encore mieux avec un peu plus de justesse. Entretien.

Mathis, n’avez-vous pas le sentiment qu’il y avait mieux à tirer qu’un match nul pour l’Amiens SC ? 

Il y avait mieux à faire, c’est sûr. Offensivement, on a eu trop de déchets dans les trente derniers mètres. A partir de là, c’est difficile de concrétiser des occasions. Il faut être plus précis dans cette zone de jeu. Il nous a manqués de justesse, c’est le mot qui résume un peu notre match.

En deuxième mi-temps, vous avez également davantage souffert au fil des minutes… 

C’était plus difficile face à une équipe de Dunkerque qui a poussé, qui a eu des occasions. On a essayé d’être solide, sur ce point on peut être satisfait de ne pas avoir encaissé de but. Dunkerque a clairement joué son va-tout sur la fin et ça débouche sur un match nul assez logique.

La prestation de l’Amiens SC n’est pas identique à celle du Havre, où l’état d’esprit avait été défaillant, mais on a le sentiment qu’il y a quelque chose de cassé depuis que la barre des 42 points est atteinte…

Quand on est sur le terrain, on veut être les meilleurs, on veut gagner le match. En tout cas, c’est mon état d’esprit et je pense que c’est pareil pour la plupart de mes coéquipiers. On ne débute pas le match sans avoir envie de gagner. On est professionnel, on doit avoir faim jusqu’au bout.

Comprenez-vous que tout le monde reste un peu sur sa faim au sujet de votre saison ? 

Bien sûr. Je comprends les supporters, ils ont le droit d’être frustré, de nous siffler. C’était mal embarqué, on a su relever la pente. Après, il y a eu des périodes où on pouvait basculer du bon côté et, comme l’an dernier, on n’a pas réussi à le faire. On n’a pas franchi le cap du top 10, c’est frustrant. On attend mieux de nous, c’est logique. Maintenant, on revient aussi de loin, on a été derrière, longtemps relégable, ce n’était pas simple à ce moment-là. Pour toutes ces raisons, c’est important de ne pas terminer en roue libre et rester humble.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.