Mathis Lachuer (Amiens SC) : « Bastia ? On n’a pas peur ! »

Lachuer Amiens SC
GerardPIERLOVISI/Panoramic/Imago

Après sa victoire le week-end dernier, à domicile face à Valenciennes, l’Amiens SC a pour ambition de confirmer et de lancer une série en prenant des points contre Bastia, samedi soir. Un déplacement périlleux en Corse que ne craint ni Mamadou Fofana, ni Mathis Lachuer, tous deux désireux d’enfin lancer une série positive cette saison.

L’Amiens SC en quête de constance

Enfin victorieux à domicile, l’Amiens SC va-t-il réussir à confirmer à Bastia, face à une équipe qui n’a toujours pas perdu à domicile cette saison mais qui n’a aussi gagné qu’à une seule reprise devant son public ? « Ca ne sera pas facile, il faudra se battre, prévient Mamadou Fofana, le défenseur central. Maintenant, on sait qu’on a de la qualité et si on se donne à fond, on aura notre chance et il faudra la saisir » « Bastia, On n’a pas peur, surenchérit Mathis Lachuer. On connaît un peu le contexte là-bas, mais on va aller au combat pour l’emporter. »

Alors qu’il pourrait être la victime collatérale du retour de Jessy Benet, pressenti pour débuter dans l’entrejeu aux côtés d’Emmanuel Lomotey, Mathis Lachuer sait que ce match est déterminant pour viser autre chose que le maintien cette saison : « Si on gagne là-bas, la confiance sera là. Ce n’est pas parce qu’on a gagné un match qu’elle est totalement revenue. Il faut enchaîner. Cette semaine va nous faire du bien, on va pouvoir travailler sereinement, notamment notre système de jeu qui nous a fait du bien, pour enchaîner des victoires. »

Quant aux difficultés d’aller gagner en Corse, avec une seule défaite sur les treize rencontres disputées sur l’Ile Beauté depuis le début de saison, Ajaccio et Bastia réunis, Mamadou Fofana ne s’en souci guère : « Tous les week-ends c’est la bagarre, il faut lutter. Face à Valenciennes, on a montré qu’on savait faire ça et il faut continuer sur cette lancée pour enfin lancer notre saison. » Et pour cause, si l’Amiens SC a évité la crise le week-end dernier en l’emportant, le chantier demeure important avec seulement deux victoires en treize journées et une dix-huitième qu’il serait judicieux de vite abandonner.

Romain PECHON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.