Mathieu Dubrulle : « L’Amiens SC manque encore de certitudes »

Dubrulle

Chaque mois, notre confrère de France Bleu Picardie, Mathieu Dubrulle nous livre son regard sur la saison de l’Amiens SC en Ligue 2 dans la chronique intitulée l’œil de Mathieu. Pour ce troisième numéro, le commentateur historique de l’ASC débriefe la dernière semaine de compétition globalement positive du club picard. 

Etes-vous pleinement rassuré par ces deux succès consécutifs de l’Amiens SC en l’espace de quatre jours ? 

Non, on ne peut pas être pleinement rassuré. Même s’il y a six points en deux matches, on a vu à nouveau les faiblesses footballistiques et mentales contre des équipes réputées plus faibles qu’Amiens. Cette deuxième mi-temps contre Dunkerque me reste en travers de la gorge, je ne comprends pas comment cette équipe a pu plonger alors qu’elle était dans de bonnes dispositions, en ayant enfin eu le bonheur d’ouvrir le score contre un adversaire très fragile en première mi-temps. Dans la foulée, cette équipe que l’on sait convalescente va arracher une victoire à Rodez, espérons que tout ceci lui fasse du bien mentalement. Maintenant, on sait que ça peut encore craquer à tout moment. Sans ce penalty, on ne sait jamais si Amiens peut renverser la situation à Rodez, en tout cas il n’y avait pas eu les occasions pour le faire avant. Cette équipe manque encore de vraies certitudes dans le jeu. Il faut rester très prudent.

L’Amiens SC a-t-il enfin lancé sa saison ? [PODCAST]

Finalement, il n’y a que les points qui comptent sur ce mois de décembre…

C’est exactement l’objectif fixé à cette équipe sur ce mois de décembre. En novembre, on avait vu que la marche était trop haute contre les équipes du haut de tableau, avec un seul point sur douze possibles. Avec une équipe encore fragile mentalement, avec un niveau de jeu extrêmement moyen, il faut faire tourner le compteur quelle que soit la manière, encore plus contre des concurrents directs pour le maintien. On voit bien que Troyes a gagné difficilement à Rodez ou bien qu’Auxerre a lutté pour ramener un nul. Ces deux victoires permettent de redécoller au classement et surtout de travailler un peu plus sereinement. Ensuite, on attendra de cette équipe qu’elle affiche un peu plus de certitudes dans son jeu, mais aujourd’hui on n’en est pas là. Amiens se cherche toujours et, pour le moment, il faut presque se contenter de forcer la réussite pour arracher des points, une victoire.

Vous pensez que cette équipe est vraiment capable de proposer mieux que ce qu’elle propose actuellement ? 

Je n’en sais rien ! Et quand on sait qu’il y a un nouveau mercato qui débute dans un mois, il est difficile d’avoir une idée précise. On sait qu’il va y avoir des envies de départ et que ça va bouger, en tout cas on nous l’a promis. Il faudra donc peut-être à nouveau procéder à des changements, trouver de nouveaux automatismes. Je suis donc incapable de savoir si cette équipe pourra faire beaucoup mieux dans le futur. Il y a beaucoup trop d’instabilité potentielle pour savoir si cette équipe parviendra à se libérer, à passer un nouveau cap. Il faut donc vivre au jour le jour, sans se projeter trop loin. Depuis le début de saison, il y a eu un changement d’entraîneur, des blessés, des suspendus, des arrivées, des départs et rarement voire même jamais la même équipe alignée deux fois de suite.

L’Amiens SC doit-il se contenter du résultat ?

Ce dernier mois de compétition est également marqué par la prise de pouvoir de la jeunesse. Croyez-vous en celle-ci sur le long terme ?

Il ne faut pas que ce soit un feu de paille. Evidemment qu’il y a une génération très intéressante, prometteuse, mais elle doit être encadrée par des joueurs d’expériences, des cadres. On ne doit pas, aussi prometteurs soient-ils, laisser la responsabilité de cette saison en Ligue 2 aux jeunes. Sinon, ils risquent de se brûler un peu les ailes, ils sont encore un peu tendres, même si on a tendance à l’oublier. Là encore, ça passe par le recrutement. A l’heure actuelle, sans faire porter le chapeau aux jeunes, on voit bien aussi que l’équipe est face à ses limites. A un moment donné, on manque peut-être un peu d’expérience, de joueurs rompus à la Ligue 2. Là encore, il faut se montrer prudent à propos de leur avenir, de leur capacité à évoluer à ce niveau sur la durée. Le meilleur exemple reste (Jayson) Papeau, qui a totalement disparu depuis quelques matches. Toutefois, c’est très intéressant de voir autant de jeunes formés au club qui participent à la reconstruction du club. Il faut juste faire attention à ne pas les griller en les lançant trop vite et dans un contexte pas forcément favorable.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article