Lucas Chevalier (LOSC) : « Un match sérieux dans la forme »

Lucas Chevalier LOSC
Franco Arland/Icon Sport

A l’exception d’une petite frayeur en seconde période, Lucas Chevalier n’a pas eu grand-chose à faire pour aider le LOSC à vaincre Pau (2-0) et ainsi rallier les huitièmes de finale de la coupe de France, ce dimanche. De quoi satisfaire le dernier rempart des Dogues qui espère désormais aller le plus loin possible dans la compétition. Entretien.

Lucas, l’essentiel est fait mais le break a été long à se dessiner. 

Ça a été long mais aussi parce qu’ils ont bien défendu. On a été un peu mou au début en faisant circuler la balle sans être trop dangereux. Le premier but nous a fait du bien. Il a fallu faire attention avec un petit relâchement qui leur a permis d’être dangereux sur deux ou trois occasions. Dans l’ensemble, c’était un match assez sérieux dans la forme et la qualification reste le plus important.

Pau n’a pas vraiment joué en défendant bas et avec un bloc très serré. Craignez-vous que les adversaires jouent tout le temps comme ça contre vous, comme si votre jeu de possession commençait à faire peur…

C’est vrai qu’on peut faire peur. Parfois, ça peut se jouer à une passe, c’est aussi ce qui fait la beauté du jeu. Je pense qu’on le fait plutôt bien, même si ça fait plusieurs matches que les équipes nous attendent, sans doute parce qu’ils savent qu’en venant nous presser on a la qualité technique pour créer le décalage. Peu importe, on a gagné contre Troyes et face à Pau, même si on a été accroché à Brest. On trouvera la solution.

Quand on arrive en huitièmes, on commence à se reprocher des choses sérieuses…

Surtout qu’il ne reste plus beaucoup d’équipes amateur. Il reste pratiquement que des clubs professionnels. Les huitièmes de finale, ça commence à être sympa mais ça l’est encore plus quand on arrive en quarts avec la perspective de se qualifier pour une demi-finale, le dernier carré. Ca commence à être sympathique.

Avez-vous un souhait pour le tirage ? 

Peu importe. On est une top équipe de Ligue 1, peu importe l’adversaire il faudra gagner sachant que c’est one shot et qu’on n’a pas le droit à l’erreur.

Propos recueillis par Pavel CLAUZARD

</div

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *