LOSC : Jardim et Botman, éléments clés d’une victoire étriquée

LOSC
Anthony Dibon / Icon Sport

Alors que l’absence de Tiago Djalo semblait être un véritable coup dur pour le LOSC, le retour devenu presque inespéré de Sven Botman a changé la donne face à Strasbourg. Devant un Léo Jardim en état de grâce, le défenseur néerlandais a rassuré une défense en difficulté et a également largement contribué au succès des siens.

Botman, un retour capital

Face à Strasbourg, Jocelyn Gourvennec ne doit pas avoir énormément de motifs de satisfaction malgré le succès. Néanmoins, il a pu compter sur deux éléments-clés dans l’aspect défensif. Véritable héros du succès lillois, Léo Jardim s’est attiré les louanges de tout le monde, y compris de son entraîneur qui n’a pas cherché à minimiser la performance de son gardien. « Il a fait un match exceptionnel, nous maintient dans le match, évidemment, parce qu’ils ont des grosses occasions. Ce ne sont pas les attaquants strasbourgeois qui ont été imprécis ou ont manqué des occasions, c’est vraiment Léo qui fait la différence, apprécie le technicien lillois. Il y a Gabi (Gudmundsson) qui en sort une du pied sur corner également mais Léo est décisif. Il a fait un match parfait. Je ne sais pas si vous lui mettrez 10, mais moi je le ferais compte tenu du contexte. Il nous maintient dans le match et c’est ce qui nous permet de gagner. »

Devant lui, le gardien brésilien a également pu compter sur le retour de Sven Botman, revenu extrêmement performant comme s’il n’avait jamais été blessé. « Il n’a pas été impacté par les derniers résultats parce qu’il était dans une course contre la montre pour revenir, relate Jocelyn Gourvennec. Il n’avait pas de bonnes sensations pendant un moment. Il est revenu en milieu de semaine, les séances se sont bien passées. Il n’a pas été touché par les deux dernières défaites et a pu nous apporter de la force, de la fraîcheur. Il a fini difficilement parce que ce n’est pas facile de reprendre comme ça après une longue absence contre Ajorque et Gameiro. Il a apporté de la présence. Ajorque est très dur à jouer parce qu’il est très complet et je trouve que l’on a été solide dans l’axe grâce à lui et José. »

Peu importe la qualité de sa prestation, le LOSC a pu bénéficier de ses deux anges gardiens pour l’emporter dans une rencontre de haut de tableau. Et c’est peut-être bien là l’essentiel à quatre rencontres de la fin de la saison.

Adrien ROCHER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.