LOSC : cinq choses à savoir avant Troyes [CDF]

Angel Gomes LOSC CDF
Anthony Dibon/Icon Sport

À une semaine de la fin de la phase aller en Ligue 1, le LOSC fait un détour par la Coupe de France. Opposés à Troyes, les Dogues ne sont pas épargnés par le tirage pour leur entrée en lice. Attention à la mauvaise surprise et au charme de la Coupe. Découvrez les cinq choses à savoir avant cette rencontre.

Se relancer en Coupe pour le LOSC

Avec quatre points sur six glanés depuis la reprise, les hommes de Paulo Fonseca affichent un bilan comptable intéressant. Cependant, la réalité dans le jeu n’est pas la même, avec un gros problème d’efficacité à noter. Il s’agira du plus gros détail à régler pour Lille, afin de ne pas se faire piéger à domicile. Aussi, certaines absences devront être comblées et auront un impact direct sur les performances de l’équipe. Côté extra-sportif, si Paulo Fonseca a calmé le jeu après ses propos sur les supporters, il n’en demeure pas moins que la tendance est à l’apaisement. Du moins, le technicien portugais mise sur cette rencontre pour relancer la machine de tous les côtés et ainsi retrouver une spirale positive.

Troyes veut poursuivre son allant

Arrivé fin novembre en lieu et place de Bruno Irlès, Patrick Kisnorbo a déjà réussi à imprimer sa patte dans l’Aube. En outre, tout comme Lille, Troyes a glané quatre points sur six depuis la reprise, avec un succès récent convaincant à Strasbourg (2-3). Ancien international australien, le technicien troyen voudra confirmer la bonne tendance en Coupe de France et pourquoi pas croire à « l’exploit ». Même s’il faut noter que les deux formations sont en Ligue 1. Auteur de sept buts cette saison, Mama Baldé sera l’homme à surveiller, sans oublier Rony Lopes, passeur décisif de renom.

L’ESTAC bête noir des Dogues ?

Depuis le début du 21e siècle, Lillois et Troyens ont eu de très nombreuses occasions de s’affronter. Et fait surprenant : c’est bien Troyes qui mène les face-à-face, avec huit victoires, contre quatre pour Lille. Petit biais de cette statistique : l’ESTAC s’est souvent imposé avant 2010, au contraire du LOSC. Plus récemment, l’antenne satellite du City Group dans l’Aube l’avait emporté à domicile la saison dernière, sur un score large (3-0). Lors de la phase aller, les hommes de Jocelyn Gourvennec avaient gagné deux buts à un, avec entre autres un but de Jonathan David à l’époque. La dernière défaite lilloise à Pierre-Mauroy remonte à début 2016, avec un succès 3 à 1 des Troyens. Néanmoins, contexte Coupe de France oblige, la logique n’est plus et tout demeure possible.

Jérôme Brisard au sifflet

Arbitre international depuis 2018, Jérôme Brisard va officier sur ce LOSC – Troyes. Lui qui arbitre parfois de l’Europa League ou de l’Europa Conférence va renouer avec une coupe. Cette année, il a eu l’opportunité d’arbitrer par deux fois l’ESTAC. La première fois lors de la huitième journée, où le déplacement à Clermont avait été fructueux pour les Troyens (1-3). Concernant la seconde fois, il s’agissait de la réception d’Ajaccio, qui s’était soldé par un nul, un but partout. Du côté du LOSC, Brisard était au sifflet lors du déplacement des Dogues à Lyon, avec la victoire des Gones au bout (1-0). Cet arbitre est environ à trois cartons jaunes de moyenne par match en Ligue (2,77), ce qui reste dans les standards.

De la rotation pour le LOSC ?

Interrogé à ce sujet hier, le Portugais a dans un premier temps démenti la possibilité de faire tourner le poste de gardien. En effet, ce sera bien Lucas Chevalier qui sera dans les cages du LOSC. Pour le reste, la place sera libre à l’aile gauche et en défense centrale, avec les absences de Jonathan Bamba et José Fonte. L’occasion pour des joueurs comme Alexsandro et Edon Zhegrova de jouer ? Probablement. Aussi, André Gomes a eu une alerte à l’entraînement hier, ce qui rend sa présence incertaine. De retour de suspension, Carlos Baleba pourrait bien tirer son épingle du jeu et glaner du temps de jeu, lui qui avait fait une belle préparation. D’ailleurs, il n’est pas exclu que la rotation touche d’autres postes. Néanmoins, Jonathan David et Adam Ounas devraient jouer, Paulo Fonseca évoquant pour eux « le besoin de jouer pour leur physique ».

Pavel CLAUZARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *