Ligue 1/Ligue 2 : les tops et flops de la journée #9

VAFC
Maxime Le Pihif/FEP/Icon Sport

Si le RC Lens, le VAFC et l’Amiens SC ont confirmé leur bon début de saison en signant une nouvelle victoire, le LOSC est toujours aussi inconstant et fragile défensivement, comme l’a mis en lumière sa défaite à Lorient. Découvrez nos tops et flops de ce neuvième week-end commun de compétition.

Les tops

Sixième victoire pour l’Amiens SC

De retour de trêve internationale, l’Amiens SC jouait un match largement à sa portée mais qu’il fallait encore gagner. Face à un adversaire qui n’a toujours pas gagné à domicile cette saison, les Picards n’ont jamais réellement été inquiétés, si ce n’est en tout début de match et dans les ultimes secondes de la rencontre. Mais à chaque fois Gurtner a réussi à se montrer solide pour contribuer à ce sixième succès. Le tout grâce au deuxième but sous les couleurs amiénoises de Papiss Cissé sur une belle action jouée à deux entre l’attaquant sénégalais et Iron Gomis. Avec cette quatrième victoire sur le plus petit des scores, Amiens a donc su confirmer son large succès contre Niort.

Le RC Lens en maîtrise

Durant toute la rencontre, sans jamais vraiment connaître de temps faible, le RCL a dominé son adversaire. Sans attaquer en permanence, les Lensois ont géré leur match de façon intelligente, en observant des temps de possession longs. En privant les Lyonnais de ballon une bonne partie du match, Lens a pu souffler et lisser son effort. Une gestion que l’on peut qualifier de gagnante, quand on observe le scénario du match. Les Artésiens ne pourront pas gagner chaque rencontre avec des écarts énormes au tableau d’affichage, c’est pour cela que des moments de maîtrise, bien marqués comme dimanche contre Lyon, seront essentiels dans la saison.

Le VAFC confirme sa force de caractère

Comme face au Nîmes Olympique, le VAFC ne s’est pas démobilisé après l’égalisation sochalienne. Même si les visiteurs se faisaient de plus en plus pressants après le but de Kalulu, VA a laissé passer l’orage pour mieux rebondir. Et alors  qu’Ugo Bonnet et Marius Noubissi étaient impuissants face à la défense adverse, l’étincelle est venue d’un joueur que l’on n’attendait pas forcément dans ce registre, Noah Diliberto. Parfaitement lancé par Mohamed Kaba, le jeune Cambrésien file au but et pique son ballon au-dessus de Maxence Prévot pour redonner l’avantage aux siens. Un but libérateur, qui débloque la situation et fait chavirer le Hainaut. Après Ugo Bonnet contre Nîmes, c’est cette fois Noah Diliberto qui s’est mué en héros valenciennois. Le contraste par rapport à la saison dernière est sans appel.

Les flops

Défensivement, il y a mésentente au LOSC

L’action du but en a été la preuve. Sur un centre de Stéphane Diarra, Lucas Chevalier et Bafodé Diakité ne se sont pas parlé. Le portier dégage le ballon des deux mains, mais celui-ci retombe dans les pieds du défenseur droit qui, malgré lui, met la balle dans sa propre cage. Au-delà de cette action, c’est tout l’alignement défensif et la rigueur dans ce domaine qui interroge. José Fonte a été plutôt correct, mais des joueurs comme Tiago Djalo ont semblé hors du rythme à de nombreuses reprises. Les pertes de balles se sont accumulées et ont donné à Lorient l’occasion de marquer, comme sur le deuxième but de Théo Le Bris. La défense est-elle le problème du LOSC ? Rien n’est moins sûr. Pour autant, la question doit être posée et des choix doivent être faits. Une bonne défense est primordiale si des ambitions européennes sont sur la table.

Des leaders plus effacés au RC Lens

Si Salis Abdul Samed et Kevin Danso ont été les moteurs de la victoire lensoise, d’autres cadres ont moins brillé. D’habitude si imposant dans l’entrejeu, Seko Fofana a vécu la rencontre dans l’ombre de son coéquipier ghanéen, Abdul Samed. L’Ivoirien, qui a retrouvé avec succès la sélection nationale, semblait plus en difficulté pour se projeter vers l’avant. Devant lui, David Pereira Da Costa n’a lui aussi pas eu l’impact escompté. D’habitude si à l’aise avec le ballon, et capable de faire des différences à lui tout seul, le plus Français des Portugais est passé à côté de son match.

L’incapacité à se mettre à l’abri pour l’Amiens SC

Si l’Amiens SC pouvait savourer sa victoire sur le terrain de Rodez, Philippe Hinschberger n’en était pas moins lucide au moment de juger la prestation de son équipe. Face à un adversaire finalement trop limité pour revenir dans la rencontre, le leader provisoire de Ligue 2 n’a pas su prendre le contrôle de la partie en seconde période, la faute à un gros déficit technique pendant un peu plus de vingt minutes au retour des vestiaires. Il aura également fallu attendre le dernier quart d’heure pour voir les Picards en réelle capacité de porter le danger sur le but adverse, sans pour autant trouver le cadre. « On est tout le temps resté sur le feu. Je n’ai jamais été tranquille, il nous aurait fallu ce deuxième but« , conclut le coach de l’ASC

L’ensemble de la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *