Le RC Salouël prêt pour le défi de son histoire

RC Salouel Coupe de France
©PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/Manon Cruz

Dernier club de district encore en lice, le RC Salouël aura le droit aux honneurs du stade de la Licorne pour son huitième tour historique de coupe de France, dimanche face à Wasquehal. Conscient que le défi est particulièrement relevé, Antoine Mücke croit néanmoins à la possibilité d’un nouvel exploit de son équipe. Entretien. 

Antoine Mücke, comment se passe la préparation à deux jours du match ?

Je suis positif. On a bien travaillé avec les garçons, on a encore une dernière séance avec découverte du terrain de La Licorne et c’est un plus pour nous de pouvoir nous entraîner ne serait-ce qu’une demi-heure là-bas. Les joueurs sont bien dans les têtes, il n’y a pas de pression et on va aborder ce match comme une fête devant des milliers de supporters étant donné que la tribune Est est quasiment remplie ! Ca fait au moins 3500 spectateurs, ça va être un beau match.

C’était important de pouvoir prendre des repères…

C’est essentiel étant donné que personne n’y a joué auparavant. On l’a tous vu de la tribune en allant supporter l’Amiens SC, mais on n’a jamais foulé la pelouse. On a eu la chance de pouvoir avoir le synthétique du centre de formation sur la séance d’hier. Ce soir, on a la chance d’avoir La Licorne B et La Licorne… On va pouvoir s’acclimater au terrain et ça change de Saleux pour les entraînements. Là, on va pouvoir jouer au ballon même si on sait que le monopole sera du côté de Wasquehal. Au moins, on pourra retrouver une qualité technique à l’entraînement que l’on a du mal à retrouver à cause de notre terrain.

La préparation de ce tour est différente d’avant…

Oui, mais c’est moi qui ai voulu ça. J’ai voulu avoir au moins une journée d’entraînement à côté du stade, on n’avait pas spécialement demandé La Licorne. Ca a été accepté, et c’est plutôt intéressant pour nous. Sur ce coup, je remercie encore Amiens Métropole de nous laisser nous entraîner et nous acclimater.

Comment abordez-vous cet adversaire, qui est troisième de National 3 ?

On l’aborde différemment des autres même si la pression ne sera clairement pas sur nos épaules. On va jouer notre football. Je pense que c’est un avantage de jouer à La Licorne sur un terrain correct parce qu’on est une équipe qui aime jouer au ballon. On sait que l’on va devoir être plus ou moins en bloc bas, avoir des transitions intéressantes et finir le peu d’occasions que l’on aura et au moins on retrouve un beau terrain pour faire des ressorties de balles correctes. C’est ça, l’avantage.

Vous n’êtes donc pas d’accord avec ceux qui considèrent que ce stade peut être un piège pour vous…

Non ! A chaque fois que je demande le retour à ces personnes, ils me disent que c’est parce que le terrain est plus grand. Oui, il l’est, pas de soucis, mais avant qu’il ne soit grand, il y a la partie technique et ça vient du terrain en lui-même. Physiquement, je pense que les garçons arriveront à tenir le match. Je peux me tromper aussi mais pour moi ça reste un avantage de jouer là-bas.

Comment avez-vous gérez-vous ces deux semaines entre chaque tour ?

Dans la tête des joueurs c’est de l’euphorie, de la redescente ensuite il y a le championnat et tout remonte à l’approche de la coupe. De mon côté, c’est tout l’inverse. Je ne suis pas sur le terrain, je suis là pour les faire travailler, leur donner mes consignes. Je sais que ça ne doit pas être facile. Je ne l’ai pas vécu en tant que joueur d’arriver à ce stade de la compétition mais j’aurais aimé bien figurer en championnat aussi. Après, le 3-0 à Lignières n’est pas du tout mérité. Ca fait partie du football. La Coupe, ils l’abordent avec un super état d’esprit, on n’a même pas besoin de les motiver à ce stade de la compétition. Qui ne serait pas motivé pour passer ce tour ? Je ne me fais pas de soucis là-dessus.

Au vu des choix réalisés la semaine dernière, la priorité est-elle à la Coupe de France en ce moment ?

Honnêtement, non. J’ai eu Nicolas Pégard qui s’est blessé contre Hamel et il n’était pas prêt pour Lignières. Adrien de Sousa revenait de blessure et n’était pas prêt. Alexandre Matos s’est fait mal au dos. Ensuite, Corentin Hutin a pris rouge et était suspendu et j’ai aussi fait le choix de mettre mon gardien (Donovan Durieux) au repos. Le reste, n’est pas voulu. En soi, le match à Lignières, on l’a tellement dominé du début à la fin que même avec énormément de changement, mis à part le but que l’on n’a jamais mis, je n’ai rien à reprocher aux joueurs. On a réussi à poser le jeu sur un terrain très compliqué. C’est peut-être le meilleur match que l’on a fait en championnat mais on a pris 3-0 et c’est dommage.

Tous propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires