L’Amiens SC tourne toujours au ralenti

Amiens SC
FEP/Panoramic/Imago

Attendu comme le réel point de départ de la saison de l’Amiens SC, le mois de septembre n’a finalement débouché sur aucune victoire pour les hommes de Philippe Hinschberger. Si les scénarios de match ont pu susciter des regrets ou de l’espoir, le bilan comptable est sans appel avec seulement trois points empochés et une dix-huitième place comme finalité. Décryptage.

Rodez, le nouveau faux départ

Le mois de septembre devait permettre à l’Amiens SC de prendre un nouveau départ. Après un début de saison poussif, les dirigeants amiénois avaient décidé d’agir avec les renforts de Kader Bamba, Mateo Pavlovic, Matthieu Dossevi puis Jessy Benet dans les dernières heures ou même au-delà du mercato. Avec une équipe fortement remaniée, le club picard suscite à nouveau de l’espoir.

Celui-ci sera vite douché face à une équipe de Rodez bien plus rodée et soudée. Mené après l’ouverture du score de Danger à la demi-heure de jeu, Amiens courait après le score sans jamais parvenir à faire son retard. Avec une quatrième défaite en sept journées, le candidat au top 5 s’enlise alors dans le dernier quart du classement.

Nîmes, le nul heureux

Absent des débats durant la première demi-heure de jeu, se montrant incapable de mettre le pied sur le ballon, Amiens se retrouve mené de deux buts à Nîmes la faute à un cruel attentisme de la défense sur le but de Yassine Benrahou puis à une déviation malheureuse de Mamadou Fofana sur la tentative lointaine de Théo Sainte-Luce. Face à un des sérieux prétendants à la montée, les visiteurs parviennent à réduire l’écart par l’intermédiaire d’Aliou Badji.

De quoi faire douter les Nîmois ? Pas vraiment puisque l’ASC se montrait incapable d’emballer la rencontre, laissant de nouveau le contrôle de la possession à son adversaire. Dès lors, le but de Moussa Koné semblait sceller le sort de la rencontre. C’était avant une fin de match folle voyant Matthéo Xantippe puis Tolu inscrire deux buts synonymes d’un match nul porteur d’espoir.

Pau, la leçon et les regrets

Trois jours après son match nul arraché de haute volée à Nîmes, l’Amiens SC accueille Pau avec l’envie de confirmer et de signer (enfin) son premier succès de la saison à domicile. Une ambition très vite refroidie par l’élan béarnais, Pau réalisant une première mi-temps de toute beauté, Gurtner étant obligé de sortir un arrêt réflexe dès la première minute. Pourtant, contre le cours du jeu, Amiens se retrouve à mener grâce à Mateo Pavlovic et au concours bien involontaire d’Alexandre Olliero, le gardien palois.

Les hommes de Didier Tholot finissaient pas être récompensés sur un penalty transformé par Victor Lobry, l’Axonais de naissance, pour regagner les vestiaires sur un score de parité. Au fil des minutes, la partie s’équilibrait au retour des vestiaires Amiens se retrouvait en position de l’emporter lorsque Tolu inscrivait son deuxième but en sortant du but. C’était avant une fin de match frustrante et l’égalisation de Djibril Dianessy, oublié au cœur de la surface de réparation picarde.

Nancy, l’inexplicable

S’il y a bien un match sur lequel l’Amiens SC peut avoir des regrets sur ce mois de septembre, c’est bel et bien celui de Nancy. Face à une lanterne rouge en perdition sur le terrain et copieusement sifflée par son public, les Picards ont la chance d’ouvrir le score sur leur seule et unique occasion de la première période. Et alors que la victoire leur tend les bras, les hommes de Philippe Hinschberger décident de se saborder. A commencer par Tolu, auteur d’une grossière simulation alors qu’il avait déjà été averti, qui laisse alors son équipe à dix.

Le tout trois minutes avant l’incroyable pétage de câbles de Kader Bamba, expulsé après avoir insulté un adversaire et refusé de répondre aux appels de l’arbitre, le tout après une faute…sur lui ! En double infériorité numérique durant toute une mi-temps, le nouveau dix-huitième de Ligue 2 craquait sur une frappe lointaine de Giovanni Haag, là encore déviée par Mamadou Fofana.

Incapable de livrer un match entier, toujours autant en difficulté dans le jeu en dépit des premiers pas de Kader Bamba, Jessy Benet et Matéo Pavlovic, l’Amiens SC n’a pas gagné le moindre match lors de ce mois de septembre pourtant abordable sur le papier. Désormais dix-huitième après dix journées et avant d’accueillir le leader Toulouse, le club présidé par Bernard Joannin est plus que jamais en situation d’urgence. De l’objectif top 5 à l’urgence du maintien, il n’y a qu’un pas que l’ancien pensionnaire de Ligue 1 semble déjà avoir franchi.  

Romain PECHON

Le bilan complet : 

Amiens SC – Rodez : 0-1 (Danger, 32′)

Nîmes – Amiens SC : 3-3 (Benrahou, 16′, Sainte-Luce, 21′, Koné, 75′ / Badji, 60′, Xantippe, 89′, Tolu, 90’+5)

Amiens SC – Pau : 2-2 (Pavlovic, 7′, Tolu, 76′ / Lobry (38′ SP), Dianessy (90′)

Nancy – Amiens SC : 1-1 (Haag, 61′ / Fofana, 15′)

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans cet article ? Contactez la rédaction en précisant le titre de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Thierry
Thierry
3 mois il y a

En route pour le National ,