L’Amiens SC prend la porte !

Doums Fofana Amiens SC
Adrien Rocher - Le 11 HDF

Pourtant en supériorité numérique pendant presque l’intégralité de la seconde période sur la pelouse d’un pensionnaire de National 3, Thaon-les-Vosges, l’Amiens SC n’a jamais su faire la différence et, poussé aux tirs aux buts, a chuté au stade des trente-deuxièmes de finale de la Coupe de France.

En danger

Bien loin de la facilité du tour précédent contre Le Lamentin, l’Amiens SC a longtemps joué à se faire peur sur la pelouse de Thaon-les-Vosges. Et pourtant, la situation aurait pu, dû, se décanter dès les premières secondes. Tolu était idéalement trouvé dans les six mètres par un superbe centre de Doums mais, trop désinvolte dans son geste, mettait sa tête à côté (1′). Sans complexe après son exploit du tour précédent, le pensionnaire de National 3 se montrait offensivement et n’était freiné que par le poteau de Charruau sur une tête de Rother (9′). Et sur un nouveau corner, le gardien amiénois était tout heureux de voir une reprise de Cissé frôler son poteau (21′).

Pas impérial sur une pelouse loin d’être évidente mais également manquant d’implication dans les duels, Amiens profitait néanmoins de belles situations pour faire mal. Notamment quand Ring combinait avec Bandé, envoyait un centre fort devant le but repoussé dans les pieds de Gomis qui, à bout portant, envoyait un missile directement sur Rodriguez (24′). Mais cela n’était qu’une éclaircie pour des Samariens qui semblaient tout doucement tomber dans le piège. Et qui pouvaient remercier le ciel de voir une frappe déviée par Mamadou Fofana de Dufour à l’entrée de la surface mourir juste à côté (42′).

Supériorité numérique vaine

Mais la donne changeait subitement au retour des vestiaires quand Rother réalisait un violent tacle sur Gomis et était logiquement exclu (48′). Dès lors, les Amiénois prenaient enfin le contrôle du jeu. Mais manquaient de précision. Sur un très bon centre de Gene, Tolu plaçait une tête à côté (57′) quand Bariki, après une récupération haute de Gene, frappait mais manquait le cadre (72′). Entre temps, sur une superbe demi-volée, Leautey mettait à contribution Rodriguez qui s’interposait (62′). Surtout, Charruau préservait le 0-0 en déviant une tête de Tom Condi en corner (69′). En apnée sur la fin de match, l’Amiens SC souffrait. Mais aurait pu faire le coup parfait dans le temps additionnel quand Bariki se retournait et frappait… mais manquait encore de précision (90’+2)

Incapables de faire la différence même en supériorité numérique, les joueurs de Philippe Hinschberger devait en passer pour la deuxième fois en trois tours par la fatidique séance des tirs aux buts. A ce petit jeu, Hassane Bandé butait sur Rodriguez, tout comme Diabaté tandis qu’aucun thaonnais ne craquait. Sur un fil pendant le temps réglementaire, l’Amiens SC chutait finalement aux pénalties. Un scénario finalement presque logique au regard d’une rencontre si difficile pour des Samariens qui seront au repos dans deux semaines.

Adrien ROCHER

ES THAON-LES-VOSGES (N3) – AMIENS SC (L2) : 0-0 (0-0) (4-2 t.a.b)

32e de finale de Coupe de France

Samedi 7 janvier, 18 heures

Stade Robert Sayer, Thaon-les-Vosges

Arbitre : M. Legat

Tirs aux buts : Alves, Koriche, Didierjean, Gazagnes (réussis) pour Thaon ; Tolu, Bariki (réussis), Bandé, Diabaté (ratés) pour Amiens

Expulsion : Rother (48′)

Avertissements : Didierjean (51′) pour Thaon ; Junior Fofana (30′), Fofana (59′), Doums (64′) pour Amiens

Thaon-les-Vosges : Rodriguez, Alves, Cissé, Condi T., Rother (c.), Gazagnes, Didierjean, Koriche, Comara (Condi M., 81′), Dufour (Michelutti, 56′), Lecoanet (Petitpain, 74′)

Remplaçants : Petitpain, Michelutti, Uhlrich, Condi M., Parisot, Louis, Benier, Marchal, Colin

Entraîneur : Romain Chouleur

Amiens SC (3-5-2) : Charruau – Assogba, Fofana (c.), Diabaté – Leautey (Chibozo, 67′), Gomis (Gene, 53′), Doums (Bariki, 67′), Junior Fofana (Xantippe, 83′), Ring (Ouattara, 83′) – Tolu, Bandé

Remplaçants : Degrumelle, Ouattara, Xantippe, Bariki, Rongier (g.), Lutin, Chibozo, Gene

Entraîneur : Philippe Hinschberger

2 Commentaires

Commenter
  1. Voilà ce qui arrive qd on ne bosse pas les penaltys à l’entraînement, voir dernière interview de Paul Charruau ds le 11 hdf9

    • C’est tout à fait ça. C’est une faute professionnelle de ne pas faire son travail correctement. Les tirs au but c’est pas une loterie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *