L’Amiens SC part l’esprit plus léger

Amiens SC Lamentin
Loic Baratoux/Icon Sport

Un mois et demi après son dernier succès toutes compétitions confondues, l’Amiens SC a renoué avec la victoire juste avant la longue trêve internationale en s’imposant face à une faible formation de l’Aiglon du Lamentin (10-0). Débrief en cinq points de cette rencontre comptant pour le huitième tour de coupe de France.

L’incidence du résultat :

La victoire ou la crise. Après quatre défaites consécutives en championnat et alors que le contexte lui était extrêmement favorable, l’Amiens SC ne pouvait pas se permettre de se prendre les pieds dans le tapis face au pensionnaire de Régional 1 de la Martinique, l’Aiglon du Lamentin. En dépit de ses ambitions, le club ultra-marin a vite été rappelé à la réalité du gouffre de niveau séparant les deux équipes. Sérieux dès l’entame de match, Amiens menait de trois buts avant même la demi-heure de jeu. Et à l’exception d’une frayeur sur un penalty concédé par Youssouf Assogba mais parfaitement stoppé par Paul Charruau, le septième de Ligue 2 n’a jamais tremblé au cours de la rencontre.

De quoi partir en vacances sur une bonne note et avec le sentiment du devoir accompli. Notamment pour les joueurs à vocation offensive comme Gaël Kakuta, Papiss Cissé et Tolu Arokodare, tous buteurs à plusieurs reprises après avoir passé plusieurs rencontres sans faire trembler les filets en championnat. Et quand bien même l’adversité était faible et que le calendrier n’offre pas le moindre match d’ici le 26 décembre pour tenter de relancer une vraie dynamique, Amiens s’est au moins fait plaisir après avoir connu plusieurs désillusions en championnat. De quoi rassurer Philippe Hinschberger, qui était conscient qu’il n’y avait pas grand-chose à gagner mais beaucoup à perdre dans ce genre de rencontre.

Le joueur du match : Papiss Cissé

Auteur d’un triplé, Papiss Cissé fut le grand artisan de cette très large victoire de l’Amiens SC. Après avoir touché la barre transversale dans le premier quart d’heure, l’expérimenté attaquant sénégalais a fini par trouver la faille sur une offrande de Gaël Kakuta dans le dos de la défense martiniquaise. A nouveau buteur aux 24e et 57e minutes, l’ancien Messin en a profité pour soigner ses statistiques personnelles et faire le plein de confiance après un dernier mois de compétition un peu plus poussif en championnat.

La déclaration : 

« Les joueurs ont été sérieux en prenant le match par le bon bout, on n’a pas cherché à en rajouter du début à la fin, avec un jeu vertical et combiné. On a trouvé beaucoup de solutions, ce n’est jamais évident de marquer autant et d’avoir autant d’occasions. Je tiens à les féliciter pour leur professionnalisme. On a fait parler la différence de divisions en prenant le match par le bon bout, avec le très bon comportement. Au-delà du score, j’ai vraiment aimé notre sérieux. On n’a jamais été en danger dans ce match, on n’a jamais laissé espérer notre adversaire. »

Philippe Hinschberger, entraîneur de l’Amiens SC

La statistique : 10

En inscrivant dix buts, outre les quatre montants touchés et la demi-douzaine d’arrêt du gardien adverse, l’Amiens SC a affolé les compteurs à l’occasion de son huitième tour de coupe de France. Pour autant, les Picards sont restés à bonne distance de leur carton face à Bresles (15-1) lors de leur entrée en lice en 2000/2001. Cette année-là, la troupe de Denis Troch s’était hissé jusqu’en finale. Souhaitons le même sort à la formation désormais entraînée par Philippe Hinschberger.

Le tweet du match #ASCAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *